Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Date d'inscription : 12/03/2011
Messages : 60

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Jef Honda Memories

le Mer 23 Mar 2011, 20:57
Mon cauchemar qui s'achève et j'ouvre les yeux sur pire. J'ai la tête prise dans un étau, et le soleil déclinant filtre entre les rideaux, je suis ébloui, je me tourne, je me lève, je titube, j'ai soif, je porte à mes lèvres un verre qui trainait, et je recrache illico, c'est de la vodka, putain, j'ai envie de dégueuler, où est la salle de bains, je ne suis pas dans ma chambre, j'ai dormi sur un fauteuil, qui m'a déshabillé? Y a des corps partout, on se croirait dans une morgue, je progresse jusqu'à la chambre en évitant les filles et je mets la tête sous l'eau, y a des restes de coke autour du lavabo que je nettoie parce que c'est dégueulasse et pour me réveiller et une saleté de cuillère qui n'a surement pas servir qu'à racler le fond d'un yaourt zéro pour cent, l'eau coule sur ma nuque, faut que je foute tout le monde dehors. Je m'assois en peignoir sur le jaccuzi, j'allume une clope, je tire la langue à ma gueule défaite qui me tire la langue en retour, pas envie de prendre un bain, envie de rien, juste de dormir des heures et des heures jusqu'à ce que tout ait disparu, les filles, le bordel, le filtre gris devant mes yeux, jusqu'à ce que j'ai plus mal à la tête, jusqu'à ce que le temps se remette en marche. Je dormirai pas, je sais bien, qu'est-ce que je vais foutre, j'ai plus l'âge de ces conneries, je suis encore défoncé ou quoi ? J'avale deux, trois cachetons, je ressors de la salle de bains, je me promène sur le champs de bataille, et je retourne les corps pour vérifier s'il n'y en avait pas au moins une de potable . J'appelle pour café, je reste debout face à la fenêtre, je regarde la colonne, puis je m'assois, puis je me relève, on me touche l'épaule, je sursaute, je crois que c'est la polonaise, elle s'assoit en face de moi et veut voir si je suis Ok, je ne suis absolument pas Ok mais je n'ai pas envie d'en débattre avec une polonaise que j'ai déjà baisée, et dont je commence à me demander non sans effroi si elle n'est pas mineure. Je lui prends le visage et je lui examine les dents " How Old Are You ? " je demande. Elle me répond " Sixteen" et je lui dis qu'il est temps de partir. J'allume une autre cigarette, mon café arrive. Un café noir, sans lait ni sucre. Je le bois cul sec et siphonne ma clope comme personne. Je gamberge. Mes journées se ressemble à peu de choses près. Sexe, drogue, alcool. Trois choses qui me résument très bien sans compter l'argent. Oui, mon nom est Jef Honda et par chance de la vie, je n'ai pas besoin de travailler. Mon père possède la plus grand industrie de pétrole au monde. Il a d'abord exploité sa main d'œuvre puis ... Enfin vous connaissez sans doutes l'histoire. Moi je n'ai que vingt-trois ans et je me lasse déjà de cette vie. J'ai tout vu et tout vécu. Même la drague ne fait plus partie de ma vie. J'approche quiconque de mes Ray-ban, de ma Rolex, de mes chaines et chevalières en or et de ma porshe Gt3, et elles tombent toutes à mes pieds. C'est vraiment rare quand je me fais remballer, je vous l'assure. Pendant que vous, vous trimez à faire des économies pour tenter d'offrir un voyage à l'étranger pour vous et votre famille, moi je me lève en me demandant où mon jet privé pourrait m'emmener. Ne croyez pas que cela à toujours été facile pour moi, au contraire. Sachez que lorsque j'avais neuf ans et que j'ai demandé à mon père un avion télécommandé que j'avais vu dans une vitrine aux travers des vitres teintée de mon taxi personnel, il m'a apporté un véritable avion et la piste atterrissage avec. Autant dire que ce jour là j'ai pleurer toutes les larmes de mon corps, déçu, très déçu. Bref. ma vie est loin d'être un calvaire je pense. Je dépense en une fraction de secondes ce que vous dépensez le long d'une année. Je dépense mon fric dans des œuvres caritatives aussi. Tout le monde sais que c'est pour mes impôts mais en attendant, j'œuvre ! J'ai des larbins personnels aussi qui sont prêt à tout, de véritables petits chiots en apprentissage. Pensez que j'ai eu une éducation, l'opéra je le connais sur le bout des doigts et les bonnes manières sur les phalanges. Voyez moi comme vous le souhaitez, je m'en contre-fiche.

Un jour, ça devait être vers un mois de mai, quelque par par là. J'avais reçu un appel de mon père, il voulait me voir. C'est déjà assez rare qu'il veuille me voir, trois fois depuis mes douze ans, l'âge où il m'a quitté , le jour où ma mère est morte. Bref, je ne pouvais pas refuséer son invitation, mon fric c'est le sien après tout. C'est lui qui m'offre tout ce que j'ai. Rendez-vous à vingt heure.s J'ai largement le temps d'aller faire quelques boutiques ou d'aller voir une de mes catins personnelles. Plutôt le deuxième choix. Je n'aurais pas du choisir ce choix mais à ce moment là je n'en savais rien. J'arrive devant chez ma catin. J'ai un double des clefs, j'ouvre et je rentre. Je hurle un grand " Chériee es-tu là ? ". Ca résonne dans le hall d'entrée. Un murmure vient de la pièce principale. J'y entre et la vois assise sur l'accoudoir d'un canapé, comme en visite. Elle portait toujours cette robe rouge, et m'a semblé étrangement familière, comme si elle sortait d'un vieux cauchemar. Les jambes croisées, une main posée sur sa cuisse, l'autre bras tendu, l'épaule saillante dans laquelle elle enfouissait son visage, elle fixait le parquet, l'air au supplice. Je lui demande passablement si ça va, elle me répond que oui mais je rétorque que l'on ne dirait pas. Soudain elle change de ton et me demande quasiment en m'agressant ce qu'il y a entre nous. Deux mètres et ta robe chérie. Elle s'énerve et me demande d'être sérieux. Lorsque je lui dis qu'entre nous c'est comme client et serveuse ma poule, elle fond en larme et me jette dehors. Sur le coup je suis triste, ce n'est pas elle qui me videra mais des poules, j'en ai partout. Bref, l'heure a avancée et le vingt heures approche. Je prends ma porche et file au manoir familiale, là où il vit avec sa nouvelle femme, un manoir qu'il a entièrement rénové et qui ne ressemble strictement plus à rien. Je reste poli et tape à coups de pied dans les grandes portes qu'il puisse m'entendre. C'est son majordome qui vient m'ouvrir. Je lui sourit et avance rejoindre mon père dans la salle à manger. En entrant j'hurle haut et fort " Un spaghetti bolo ! ". Il se fâche et me demande de m'asseoir, ca sent pas bon. Là on en vient directement au sujet. Je suis un peu trop flambeur d'après lui. Pourtant je pourrais bien flamber toute ma vie comme je le fait déjà, ca n'épuiserait même pas un dixième de sa fortune. Il a un air triste en me prononçant ses mots et sa nouvelle femme, ma nouvelle belle-mère vient le rejoindre et lui tient les épaules. Je sais maintenant d'où vient l'idée. Il poursuit en m'expliquant que durant un temps, je devrai me débrouiller par mes propres moyens afin de murir et reprendre l'entreprise familiale. Je reste choqué et bouche bée. Je me fâche un coup dans le vent en disant qu'on ne change pas de milieu social la poule aux œuf d'or mais c'est la catin qui repend de plus belle, je sais d'ores et déjà que c'est peine perdue ... Elle rétorque même que je ne parviendrais pas à subvenir à mes propres besoins moi même, que rien est bon en mois c'est le moment de répliquer et je leur lance un pari, si j'y réussi, il vire cette catin, si je rate bah ... je rate quoi. Ça fait rire mon père et accepte devant la catin en question qui ronchonne entre ses dents. Dans les minutes qui suivirent, c'est le sourire aux lèvres que je quittais le manoir en direction d'une gare proche, à pied, laissant ma porche au father.

Actuellement, j'ai rejoins Los Angeles où je tente comme dit, de subvenir à mes besoins. La route sera longue mais n'est pas impossible. J'ai été embauché chez les balayeurs, je suis loin de m'offrir une nouvelle porshe ou même un voyage comme j'avais l'habitude de faire ... Je virerai cette catin ...

La suite arrivera avec mon histoire Ig.
avatar
Membre 1
Membre 1
Date d'inscription : 12/03/2011
Messages : 153
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jef Honda Memories

le Jeu 24 Mar 2011, 11:04
Bon BackGround.
avatar
Membre 2
Membre 2
Date d'inscription : 12/01/2011
Messages : 573
Age : 21

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jef Honda Memories

le Jeu 24 Mar 2011, 17:03
Pas Mal ^^



Ma carrière sur CVDR:
[Janvier 2011 >> Février 2011]: Merrik's Crime family, Rang 1.
[Février 2011 >>> Mars 2011 ]: Stidda famiglia, Rang 3.
[Mars 2011 >>> Juin 2011]: Civil, Pauvre fermier.
[Juillet 2011 >>> Août 2011]: LAPD, Rang 2.
[Août 2011 >>> Novembre 2011]: Los Angeles Black Business, Rang 4
Contenu sponsorisé

Re: Jef Honda Memories

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum