Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Date d'inscription : 03/03/2014
Messages : 52

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Aaron Lynch - descente aux enfers

le Sam 19 Sep 2015, 18:40


___________________________________________________________________________________


Chapitre I : Flashback




«- Donc... Je vais résumer tout ceci. Monsieur Aaron Marvin Lynch, c'est bien ça  ? Mmh... un mètre quatre-vingt sept, quatre-vingt cinq kilos, né le 25 avril 1982. Vous avez donc 19 ans. Tatouages dans le dos, sur le bras, le torse... Aucun sur le visage ou sur les mains. Je cite le rapport  : « l'homme s'est brutalement jeté sur l'agent Smith qui était dos à lui et lui a asséné un coup dans la nuque, tuant l'officier sur le champ. L'individu s'en est ensuite pris aux 3 autres officiers présents, surpris par la brutalité des actions venant de se passer, et a assommé deux officiers avant de se faire taser par le troisième officier qui l'a ensuite mis sous menottes, puis mis dans la voiture de patrouille, bla bla bla... Tout ceci est vrai  ? 
- Non, je fais quatre-vint sept kilos.
- Et tu fais le malin en plus  ? Outrage à l'agent, agression de multiples agents de police, meurtre de l'un d'entre eux... Tu vas prendre perpet', enfoiré, je te le dis tout de suite.
- Perpet'  ? J'ai pas voulu tuer ce mec. Ces fils de putes tabassaient un ami à moi en plein milieu de la rue quand je les ai trouvé. L'enfoiré qui est mort le méritait, mais c'était pas mon but, je voulais juste leur apprendre une leçon – et libérer mon ami au passage.
- Et bien il est mort pauvre con  ! Et c'est toi qui l'a tué, on a la caméra de la voiture de patrouille pour le prouver  ! T'as deux choix, la prison ou l'hôpital psychiatrique. Et le juge sera pas clément avec toi, les tueurs de flics sont jugés très sévèrement par ici. T'as quelque chose de plus à dire  ?
- Oui m'sieur, mais je le dirais pas à haute voix. Je vous dis ça à vous parce que vous me traitez pas comme un moins que rien, mais uniquement à vous. Je sais qu'ils peuvent nous entendre de l'autre côté de la vitre, je suis pas stupide.
- Très bien, comme tu veux...  »

L'officier se dirigea vers Aaron, qui était menotté derrière le dossier de sa chaise en ferraille. En arrivant à proximité du jeune homme, il avança sa tête vers lui – mais avant qu'il n'ait eu le temps de tendre l'oreille, Aaron lui asséna un énorme coup de tête dans le nez. L'agent tomba en arrière, le nez cassé, et hurla de choc, de surprise et de douleur. Quelques secondes après, trois officiers entrèrent dans la salle, passèrent Aaron à tabac et l'emmenèrent en cellule d'isolement.
Le jugement arriva quelques semaines plus tard et Aaron, plaidant la folie, fut emmené en hôpital psychiatrique.



___________________________________________________________________________________


Chapitre II : Business



Aaron se réveilla. Il prit son bang sur la table de chevet, remplit la cloche de celui-ci sans même regarder l'état de l'eau à l'intérieur, coula sa douille et reposa le bang sur la table à manger.

Il se fit à manger dans son appartement délabré... qui ressemblait plus à un champ de bataille qu'à un appartement, à vrai dire : depuis sa sortie d'hôpital psychiatrique (sortie qui s'était faite uniquement car son grand avait des relations), il menait une vie chaotique. Evier remplit de vaisselle, vêtements ça et là, nourriture à moitié mangée dans la cuisine et dans le salon... Tout ceci dans un 23 mètres carrés.

Requinqué par le rush qu'il venait de ressentir, il finit son petit déjeuner et fouilla son armoire pour y sortir de derrière un faux-fond un bocal rempli de marijuana. Une révélation lui vint à l'esprit : il hésitait à la revendre ou à la fumer, ce qui ne lui était jamais arrivé auparavant étant donné qu'il passait le business avant tout. Il décida de rationner et de mettre sa consommation personnelle dans un autre bocal, afin d'éviter toute confusion. Ce jour-ci, il découvrit que l'organisation était très utile, les semaines suivantes furent très lucratives grâce à la planification des deals et au rationnement de sa consommation.

Aaron n'était jamais réellement sorti du biz', à peine sorti de chez les fous il recommença son activité favorite comme s'il n'avait jamais arrêté (il n'avait jamais été inculpé, il faut dire). Les commandes arrivaient de plus en plus souvent, de plus en plus grosses... et de plus en plus variées.

On lui demanda bientôt autre chose, de la synthé, des amphet' de toutes sortes, du LSD, des champis. Il décida de se rabattre sur la methamphétamine, mais ceci en faisant bien attention à ne pas froisser les vrais organisations qui étaient installées en ville. Il se faisait de plus en plus d'argent, était de plus en plus souvent défoncé et voilà qu'un jour gris, alors qu'il venait de fumer sa ration de meth de la journée, il devint parano. Pire que paranoïaque même, il était devenu complétement fou ; le mal était partout, selon lui, mais il ne pouvait pas laisser son business prendre un jour de retard.



Un client, deux clients, trois clients ; tout se passait pour le mieux malgré sa peur constante. Le quatrième client était un inconnu, même de visage... visage sur lequel on pouvait clairement voir une dépendance à la meth. Il s'approcha d'Aaron... un peu trop près à son goût. Aaron lui fit signe de reculer mais le junkie ne voulait rien savoir, il s'approcha de lui très, très près... Aaron sortit le cran d'arrêt qu'il gardait toujours sur lui et, sans réfléchir, le planta dans l'abdomen de l'homme d'une violence inouïe. La scène qui venait de se passer n'avait durée que quelques secondes, pourtant Aaron venait de refaire quelque chose qu'il s'était promis de ne pas refaire – il avait tué quelqu'un. Dans sa propre cage d'escalier. Après ce qui semblèrent être des heures mais qui n'étaient en fait que quelques dizaines de secondes, Aaron planta le cran d'arrêt dans l'oeil du junkie maintenant décédé et courut à toute vitesse dans son appartement. « Personne ne m'a vu, personne ne m'a vu... », se dit-il...



___________________________________________________________________________________


Chapitre III : Panic saves lives from time to time



Toc, toc, toc... Quelqu'un toquait à la porte de l'appartement d'Aaron. Ce dernier se leva en sursaut et en sueur, il prit le revolver limé qu'il avait acheté la veille à son collègue Pete et, tremblant, il regarda à travers le judas... Il ne voyait rien à travers celui-ci. « Je suis parano, c'est pas la police... mais pourquoi je vois rien à travers cette merde ? », pensa-t-il.

Il se recula et visa la porte, puis cria « Entrez, c'est ouvert ! » d'un faux ton amical... Deux hommes entrèrent dans l'appartement, armés. Aaron vida son chargeur, comme par instinct, mais ne toucha les hommes qu'avec deux balles. L'un se prit une balle dans la gorge, il tomba à terre et un torrent de sang se déversa de sa bouche, de son nez et de son cou. Le deuxième se prit la balle dans l'épaule et fit tomber son arme. Aaron courut vers cet homme et lui asséna une droite énorme dans la tempe, l'assommant sur le coup.

Toujours en état de choc, il savait qu'il n'avait rien d'autre à faire que de ligoter et baillonner l'homme inconscient, de laisser l'autre à son sort et de récolter au plus vite ses affaires. Il courut dans son appartement et prit avec lui son stock, l'argent qu'il avait caché dans un conduit de ventilation hors d'état, des vêtements et des munitions pour son revolver. Après avoir mis tout ceci dans un coin, il attacha l'homme, le baillonna et le mit sur une chaise.

Après quelques minutes, l'homme se réveilla, Aaron pointa donc son revolver sur lui et, lui enlevant son baillon, lui dit :
« - Si tu cries, t'es mort.
(avec un accent mexicain) Je suis déjà mort, puto. Mais c'est moi qui est venu dans ta maison, moi je vais pas crier.
- Pourquoi t'es venu ?
- Tu m'as pris pour qui ? Un rat ? Je te dira- »
Aaron entra le canon du revolver dans la bouche du mexicain et dit, excité et énervé par un mélange de narcos et de stress :
« - Tu vas répondre par oui ou par non avec la tête. Tout ça, c'est à propos du junkie de merde qui est mort dans l'immeuble ? »
L'homme, transpirant à grosses gouttes, hésita et hocha finalement la tête pour dire oui.
«-  C'était un de vos clients ? »
Oui.
«- Une vengeance pour l'avoir buté ? »
Non.
«- Une vengeance pour l'avoir volé ? »
Oui.
«- Bande de cons ! Je l'ai pas volé, c'est lui qui est venu me voir, je le connaissais même pas cet enfoiré ! Il s'est ramené et s'est approché de moi, je l'ai suriné parce que je pensais qu'il allait le faire ! Merde, merde, merde, merde ! Toi là, tu viens d'où ? T'es d'une grosse organisation ? Parle !
- Mmmhmhmhmh ! »

Aaron retira le canon de la bouche de l'homme et ce dernier lui répondit :
« - A ton avis, puto, si on vient chez toi pour te buter, tu penses qu'on est petits joueurs ? On a des gars pour trouver qui t'es, on sait tout de toi ! On savait où t'habites, on connait tes clients ! Tu es mort ! MORT ! »
Aaron prit le fameux cran d'arrêt qu'il avait utilisé quelques jours auparavant et ouvrit la gorge de l'homme en lui enfonçant un chiffon dans la bouche pour étouffer le bruit. Il nettoya rapidement la lame et partit en courant, emportant toutes ses affaires avec lui. En sortant, il vit le pick-up des mexicains, garé devant l'immeuble. Il le fouilla rapidement, trouvant une quantité impressionnante de methamphétamine et d'armes, emporta tout ceci dans un sac de sport et détala dans sa propre Sadler... Direction Los Angeles.


___________________________________________________________________________________


Chapitre IV : New life, old habits



Aaron, entrant dans le bar, enleva sa veste et se rendit compte que quelqu'un était assis sur "sa" chaise. Il fit un signe au barman, qu'il connaissait maintenant depuis 4 ans. Le barman acquiesça d'un signe de tête et Aaron sourit légèrement... Il se mit à rire, d'abord doucement puis petit à petit son rire prit une tournure folle, il finit par s'esclaffer haut et fort dans le bar en regardant l'effronté qui s'était assis à SA chaise. SA putin de chaise  ! Le bar était maintenant silencieux, excepté lui. Il se calma, la larme à l'oeil, et s'exclama  :

« -Mon petit, pourquoi tu t'es assis ici  ?  »
« -Qu'est-ce que t'as  ? M'appelle pas p'tit, j'ai sûrement l'âge de ton père p'tit con.  »
« -Tu écoutes ce que je te dis  ? Pourquoi tu t'es assis ici  ?  »
« -Parce que c'était li-  »

Aaron le prit par la gorge avec une force phénoménale et le fit se lever, ce qui était étonnant vu la corpulence du routier qui était désormais debout.

« -NON C'ETAIT PAS LIBRE  PAUVRE ENFOIRE  ! C'EST MA PUTIN DE CHAISE, TU COMPRENDS  ? MA – PUTIN – DE – CHAISE  !  »

Le routier tenta de se libérer sans succès, puis jeta un coup de poing en direction d'Aaron, qui le prit dans la mâchoire. Ce dernier lâcha le routier, se recula, prit une chaise, la cassa sur le sol et récupéra un des pieds à moitié fendu et tout ceci en une fraction de seconde.

« - Tu pimentes le jeu  ! Tu prends ma chaise, tu me balances une droite dans la gueule  ! TU TROUVES CA NORMAL  ?!  »

A ce moment, la populace du bar ne faisait que regarder la situation arriver sans bouger, comme par respect envers Aaron. Il feinta et fit semblant d'utiliser le pied comme un couteau mais l'utilisa en fait comme une matraque... Ce coup-ci, en guise de revanche, dans la mâchoire du routier. Ce dernier tomba à terre mais avant de pouvoir faire quoi que ce soit se retrouva roué de coups par Aaron qui était comme dans une folie pure. Le routier perdit connaissance, toujours roué de coup, avant qu'Aaron ne se rende compte de son état. Essoufflé, le jeune homme d'environ 30 ans jeta le pied de chaise maintenant teinté de sang par terre. Il plongea la main dans sa poche, prit une poignée de billets de 100$ et les posa sur le comptoir avant d'adresser au barman  :

« - Merde mec, ma chaise putin. Il l'a bien mérité. Alors euh... je vais prendre la même chose que d'habitude. Ca (il montra un des billets de 100) c'est pour la chaise, la commande et le déplacement racheter ta chaise. Ça (il montra ensuite le reste des billets de 100) c'est pour le dérangement dans ton bar...  »
« - Va falloir que tu te calmes un jour si tu veux pas te retrouver à l' «HP» une fois encore, Aaron...  »
« - J'y finirais sûrement mes jours, pas besoin d'anticiper quelque chose comme ça, faut bien que je protège mes acquis quoi, cette chaise c'est vachement important pour moi  ! »





Dernière édition par Aaron Lynch le Dim 20 Sep 2015, 12:32, édité 1 fois
avatar
Date d'inscription : 03/03/2014
Messages : 52

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aaron Lynch - descente aux enfers

le Sam 19 Sep 2015, 18:43
Oui, j'ai utilisé que des musiques de Hotline Miami 2, et oui, j'ai pompé le fond de mon ancien personnage Daniel Miller. J'espère que l'histoire vous plaira et j'espère surtout que le RP que j'adopterai avec Aaron vous satisfera autant qu'il me satisfera moi-même ! Bonne lecture à vous. :D
avatar
Membre 4
Membre 4
Date d'inscription : 18/11/2012
Messages : 3596
Age : 20
Localisation : Verizon Center

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aaron Lynch - descente aux enfers

le Sam 19 Sep 2015, 19:21
Tout ça donne vachement envie de lire. J'ai lu les deux premières parties, et je continuerais le reste plus tard. Continue en tout cas. ;)


avatar
Membre 5
Membre 5
Date d'inscription : 06/07/2012
Messages : 6712
Age : 20
Localisation : Avengers Tower

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aaron Lynch - descente aux enfers

le Sam 19 Sep 2015, 20:34
Franchement pas mal, GoodJob.




Divided we fall.
avatar
Date d'inscription : 03/03/2014
Messages : 52

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aaron Lynch - descente aux enfers

le Dim 20 Sep 2015, 12:17
Merci à vous. :)
avatar
Membre 1
Membre 1
Date d'inscription : 10/02/2012
Messages : 326
Age : 18

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Aaron Lynch - descente aux enfers

le Dim 20 Sep 2015, 20:10
Trop Pd ! 
Mais bon tu as dit perpet' donc ça va en faite


Albert Einstein:" Insanity Is Doing The Same Thing Over And Over Again And Expecting The Results To Change"

OK..:

Contenu sponsorisé

Re: Aaron Lynch - descente aux enfers

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum