Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Membre 2
Membre 2
Date d'inscription : 20/02/2013
Messages : 894

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Tiago Falcone --------> Un si grand rêve pour une mort inévitable

le Dim 19 Juil 2015, 21:58



Tiago Falcone     
Un si grand rêve pour une mort inévitable




Chapitre I - Le rêve..:
C'était un jolie jour, enfin pour Tiago. C'était son anniversaire, et il avait prévenue toute sa famille, pour qu'ils viennent. Arrivé le midi, il entendit sonné, il courut jusqu'à la porte d'entré pour ouvrir. Du vacarme se fit entendre, et un paquet de jeu de carte tomba de sa poche. Tiago était allongé à terre mains sur la tête. Tandis que des coups de feu se passa dans la chambre de sa mère complètement drogué. Tiago ayant que onze ans, était dans un coin, avec deux policiers devant lui le regardant pleuré. Il avait compris que sa mère avait résisté et c'était fait tué. Le quartier qui était plein le matin, devint aussi vite vide. Personne ne l'entendais. Personne sauf ses policiers. Il resta dans son coin à pleuré, pendant des heures, jusqu'à qu'on le prit sauvagement par le bras le tirant a terre. Une policière, était horrifié par la scène. Cette policière la conduisit au poste, et pendant le trajet elle lui dit : " Tiens, voici se qui est pour toi la dernière marque de vie. " C'était le jeu de carte qui était tombé de sa poche.Il le regardas, et aperçu la première carte : C'était un As de Pique. Il le mit à l’intérieur de sa poche de son jeans, pour serré ses poings, et descendre de la voiture. Il r'entra dans le commissariat ou on lui expliquait qu'il allais allé à l’orphelinat. Il devait passé sa soirée dans une cellule. Il pleura toute la soirée, pour ensuite sortir le jeu de carte et s'amusé avec l'as de Pique. Quand le gardien débarqua tapant sur les barreaux avec sa matraque. Tiago se leva et dit : " Vous n'avez pas le droit de m'emmené. " Mais c'était trop tard. Il resta pendant 3 semaines a l'orphelinat, mais tout les soirs pensait à retrouvé son quartier, et partir vivre dans son ancienne maison. Il pensait à être le caïd, avoir une voiture, une femme ainsi que être riche. Mais pour ceci, il devait fugué. Son rêves ne pouvait pas être réalisé ici.  










Chapitre II - La fugue:
C'était l'heure du dîner. L'heure à laquelle il avait décidé de s'enfuir avec Roberta, qui était son amoureuse. Le plan, était de faire une bêtise, pour allé faire la vaisselle et passé par la porte arrière, la ou arrivait les livraisons. Tiago regarda Roberta et lui fit un clin d’œil avant de jeté son verre à terre et l'explosé. Roberta planta son couteau a plusieurs reprises dans la table en bois. Le soir même ils étaient de corvées , mais pas dans la cuisine à faire la vaisselle mais dans les toilettes et les douches a tout récuré. Ils rigolaient tout les deux, discutant qu'ils allaient refaire pareil le lendemain, quand Tiago glissa sur une grille. Il regarda à travers, pour ensuite apercevoir de la lumière jaune. Il descendit prudemment pour ensuite rigolé et dire à Roberta de le suivre. Is débarquaient dans les égouts, mais n'avaient rien sur eux. Même pas de quoi grignoté. Roberta refusa de s'aventuré dedans. Tiago la prit par la main, la regarda et l'embrassa, pour dire : " Suis moi je t'en supplie. Je t'aime et je ne veut pas te quitté. " Roberta, rigola pour ensuite le tiré vers la lumière. Ils marchèrent pendant environ deux, à trois heure, quand  ils sortirent dans les égouts ouvert. Tiago inspecta autour de lui pour ensuite crié : " C'EST CHEZ MOI AHAHAH " Ils avaient fugué. Tiago retourna dans son ancienne maison avec Roberta pour se reposé et dormir un peu.   











Chapitre III - La solitude:
Roberta et Tiago étaient caché dans l'endroit le plus sûre de Los Angeles : El Corona. Mais le temps ne perdue pas de vitesse pour les rattrapé, Tiago allait au marché noir pour allé achetez de quoi mangé, mais en revenant il vue sa maison bouclé par la police. Roberta était en pleur, elle se débattait pour ne pas être emmené dans la voiture. Tiago, commença à crié pour répliqué en lançant son sac remplit de légumes : " NON ! Ne me l'enlevez pas ! Roberta ! Reste avec moi ! Fugue encore de l'orphelinat vite ! " Un homme le tira pour ensuite le regardé droit dan les yeux, et lui dit : " Casse toi, t'est qu'un gamin, court pour ta liberté. Elle te retrouveras au paradis. "  L'homme remit sa capuche cachant ses tatouages, pour ensuite partir en courant poursuivit lui même par les policiers. Tiago ne comprenait pas, mais, il se dirigea droit vers la voiture ou était Roberta, ouvrant celle-ci, et détachant Roberta, pour commencé a courir avec elle. Mais elle était menotté et avait du mal à marché. Des policiers les poursuivait, quand Roberta prit la tête courant à toute jambes. Tiago regarda derrière lui, pour se retourné et voir Roberta à terre. Il s'agenouilla pour la relevé mais elle dit : " Prend ta fuite tu est libre ! "  Un policier prit l'épaule de Tiago le tirant, pour ensuite le lâché et pointé son taser sur lui. Il se retourna et courra à toute jambes. Au bout de 10 minutes il les avait semé laissant encore une fois une personne derrière lui. 












Chapitre IV - La conclusion:
Il restait muet sous sa casquette, il avait toujours son paquet de carte en main, laissant apparaître l'As de Pique. Un groupe de personne d'environ 16 ans passa à côté de lui, pour commencé à le poussé contre le mur. Il leva la tête pour dire : "Ne refais plus sa et trace ta route"  Les personnes rigolas, pour que un s'approche de lui et prit sa casquette, la jetant à terre pour craché dessus. Tiago leva la tête pour dire : "  Sale petit sac à merde, c'est pas parce que t'est gros que t'est fort ! " venant attrapé son poignet droit, la ou l'homme avait une montre. Il retira sa main, reprit sa casquette pour ensuite montré la montre en rigolant, et partir en courant à tout allure. Personne ne le suivis. Il les avait tracé. Il s'installa  sur un canapé abandonné, pour attendre. Il attendu, attendu, attendu.. Il entendit des voix derrière lui, il se leva donc pour courir, mais il se fit plaqué.C'était la bande de tout à l'heure. Il commenças a le matraqué de coups de pieds, violent. Tiago, se releva ensuite avec beaucoup de mal, pour rigolé et dire : " Voici mon atout! " Une voiture venait de s’arrête sur le trottoir efface. Le groupe prit ses jambes à son coups pour courir en direction de la station essence. Tiago répliqua ensuite tout seul en s'amusant assis avec la carte As de Pique : " Mon atout.. C'est mon bluff. La vie c'est comme un tour de passe-passe, on croit que c'est magique, mais en vrai c'est pratique pour la boutique." 









Texte réalisé et inventé par Moi. Merci au fond d'Attilio que j'ai réutilisé pour quelques choses qui peut aboutir. 





Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum