Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Leader Staff
Leader Staff
Date d'inscription : 23/08/2011
Messages : 4342
Age : 20
Localisation : Nul part et sûrement ailleurs

Informations InGame
Prénom_Nom: Jason Hawks
Voir le profil de l'utilisateur

[Background] [Livre III] - Shawn Hayes - 2e Partie: Welcome back

le Dim 25 Jan 2015, 16:49





Une guerre se prépare. Lui contre moi. Qui mourra le premier ? Aucune idée. Ce que je sais, c'est que du sang va couler, encore. Et surement pour la dernière fois.

J'espérais ne pas devoir revenir à Los Angeles. J'espérais ne jamais devoir remettre mes idées dans le passé, ne pas remuer encore une fois ces foutues conneries qui m'ont mené à détruire ma vie. Et pourtant, me voila à quelques kilomètres de cette maudite ville. Et cette fois-ci, je ne sais pas si j'arriverais à la quitter en un seul morceau.









Welcome back:

Los Angeles... La cité des anges. Ouai, enfin... Elle aurait plutôt tendance à tourner du côté des démons ces temps-ci.
J'y suis arrivé, et tout ce que j'ai vue, c'est la même ville que j'ai quitté il y a deux ans, en pire. Une ville rongée par les corrompues, les racistes, les gangs, et les petites organisations criminelles locales qui tentent de se faire une place. En roulant dans la rue, la seule chose que j'ai vue, c'est soit la vie de riche dans un quartier, soit la vie du misérable dans un autre. Une ville coupée en deux. Les faibles et les puissants. Les riches, les pauvres. Les blancs d'un côté, le reste de l'autre. Il n'y a pas de place pour la tolérance dans une ville comme celle-ci, comme partout ailleurs faut croire.

Là où je me suis arrêté, c'était du côté qui était destiné aux gens comme moi. Le côté miséreux. WilloBrook précisément. Me revoilà chez moi, et ce quartier ne va pas mieux. Il s'empire. Drogue, alcool, armes, dans les mains de jeunes gens dont la santé se dégrade. Certains se portent bien, d'autre font les forts alors qu'ils seraient incapable de soulever une chaise. Je pleures pour cette vie de merde que certains ont, en repensant à la vie de rêve que Damian a.

J'ai garé ma voiture à ce motel, un peu plus loin. Le ciel était pas terrible, gris. Les jeunes traînaient et squattaient là. Un groupe d'afro étaient autour d'une lowrider flambant neuve. A croire qu'il y a quand même de l'argent qui circule. Je les ai salué, sous la capuche de mon sweet, puis j'ai franchi la porte. Je me suis approché du vieux derrière son comptoir, j'ai demandé une chambre. Il a relevé la tête, se moquant légèrement... Surement ma tenue déplorable et mon aspect physique en général. Je l'ai fixé... Le genre de regard qui fait comprendre à une personne qu'on ne rigole pas trop quand on me parle.

Il m'a donné immédiatement une clé, je l'ai remercié, puis j'ai monté l'escalier, et traversé le couloir. Les sonos sortant de chaque chambre, le bruit des gosses qui courraient, et d'autres bruits... Le brouhaha était bien au dessus de ce que j'arrivais à supporter d'habitude. Qu'importe... Je n'ai pas le temps de déverser ma colère sur eux de toute manière.
Je suis arrivé devant la porte de la chambre. La clé avait du mal à rentrer dans la serrure usé. Et alors que je galérais sur cette porte, un jeune, pas plus épais qu'une feuille de papier, est venu m'aborder... Enfin... M'agresser...

"Yo mec ! Donne ta clé ou..."

A peine fini de parler, je lui avais déjà fracassé la tête contre le mur en la frappant à deux reprises, avec ma seule main droite, en continuant d'ouvrir ma porte, sans aucune pitié ni autre réaction. Il était au sol, pleurant, se tenant la tête, et c'est en le regardant souffrir et en soupirant que j'ai fermé la porte derrière moi.
J'ai retiré mes habits, puis je suis entré dans la douche. En ouvrant le robinet, je me suis rendu compte que l'eau coulait... C'est peut être normal, mais dans ce genre de motel, c'était déjà un exploit.

Je me suis assis là... Dans la baignoire, fermant les yeux, réfléchissant... La seule chose que je voulais à ce moment... c'était oublier les bruits dehors, et être au calme... Le calme. C'est la meilleure chose qui existe au monde, le calme.

Solution:

Il fallait que je trouve une solution... Comment approcher Damian ? La question se posait, et c'était logique. Comment faire pour être sûr de ne pas me prendre une balle dès mon arrivée ou de ne pas le tuer lui avant même d'avoir parler. Oui... Je voulais qu'il parle... Je voulais l'entendre se justifier avant de pouvoir le tuer lentement.

Ma solution était toute trouvée. En réalité, je le savais depuis le début. Je savais qu'il me fallait un intermédiaire, et à WilloBrook il était facile d'en trouver un.
Et pendant que je lui rendais une visite surprise, je visitais ce quartier. J'avais l'impression de ne jamais l'avoir vu avant. Je redécouvrais... Une misère encore plus profonde qu'avant. A pied, on se rend mieux compte de la situation. On entend les gens parler. La plupart ne parlent que de ce qui se passe chez eux, les plus grands parlent du monde comme si c'était l'ennemi, un étranger. Il y a eux, et le monde. Ils prônent des valeurs dont eux même ne comprennent pas le sens. C'est triste... Ils croient se battre contre le monde pour une cause, alors qu'au fond, il ne font que se battre pour autre chose. Quelque chose de plus grand, profitant à ceux qui tirs les ficelles, qui leurs mettent de faux espoirs dans le crâne.
En marchant, on en voit d'autre, des mecs à dix contre un, des drogués, des SDF, des squatteurs. De l'autre côté, on arrive tout de même à voir des pseudo-rappeurs, des sportifs. Ils vivent tous en petit groupe, non en grande communauté. Chacun a sa partie du quartier, parfois même un morceau de rue. Le genre de mecs que l'on trouve d'un côté du trottoir ne sera pas le même que celui que l'on trouvera de l'autre côté.
C'est triste à dire, mais au moins, avec les Willo Boys de Damian, on avait une communauté soudée autour d'un petit groupe de leaders, et avec une grande tête pensante en haut de la chaîne.
Aujourd'hui, il y a tout à refaire à celui qui le voudra. Aujourd'hui, j'ai l'impression qu'il ne reste plus qu'une seule personne lucide dans ce quartier, connaissant son histoire, et ainsi celle du monde en dehors de ces rues. Et cette personne était toujours là, assis devant le seuil de sa porte, contemplant ces jeunes gens naïfs.

Je m'approchais de lui, venant jusqu'à m'asseoir à côté de lui, sans dire un mot, en me mettant moi aussi à fixer les jeunes qui marchaient.
Un long moment de calme entre nous deux, prouvant la sagesse débordante de l'homme assis à côté de moi par rapport à ses voisins. Une autre personne du coin aurait déjà entamé une conversation, ou des provocations. Lui, il se contentait d'observer les autres, tout en m'observant moi, faisant la comparaison de deux genres de pensées différentes: la mienne, et celle du monde.


"Mmh... Regarde les Shawn, tous... Ils ne valent pas mieux les uns les autres, et pourtant ils continuent de croire qu'ils sont la révolution de ce quartier.... Quelle tristesse.
- On croirait entendre Jessy
- Dwayne surtout... Mais je suppose que t'a pas pris le temps de faire connaissance avec.
- Pas vraiment non.
- Tu t'es jamais demandé ?
- De ?
- C'était peut être lui le gentil de l'histoire... Pas tes soeurs. Et me parle pas de ces pauvres filles que t'a perdu... T'aurais été dans l'autre camps, ça aurait été tes soeurs les tueuses.
- J'suis dans aucun camps.
- Voila quelque chose qu'on a en commun...
- J'croyais que tu bossais pour Damian.
- J'suis pas son chien, juste un mec qui l'aide de temps en temps, mais j'n'approuve plus ce qu'il fait depuis qu'il est partit de ce quartier. J'approuve encore moins depuis un certain temps. Mais dis moi ce qu'un gars comme toi viens faire de nouveau à Los Angeles."


Je n'ai d'abord rien dit... Réfléchissant aux conséquences de mes paroles envers cette homme, proche de Damian à l'origine. On c'est regardé longuement. Il attendait une réponse, avec cet air interrogatif.

"J'suis pas revenu pour dire bonjour à mes soeurs si t'attends cette réponse.
- Non non... Toi t'a une tête à dire au revoir à Damian."

Arrangement:

"Tu sais...
- Je sais tout... enfin, ce qu'il faut savoir.
- Essaye de me tuer et...
- C'est pas ce que je veux...
- Qu'est ce que tu veux ?
- Ecoute Shawn... Ca fait vingt ans que ça dure avec Damian. Et tu sais ce que c'est... Grande et heureuse famille... Pour ceux qui resteront.
- Bah si t'en veux pas, casse toi.
- Et regarde ce que ça t'a apporté. T'a pas l'air de bien comprendre... Tout ceux qui quittent Damian finissent six pieds sous terre en moins d'une semaine... Enfin, en théorie. Il faut que tu m'aide à me sortir de là.
- D'accord... Mais j'veux un entretien avec lui... En lieu public."


Ma réponse était catégorique. Après tout, je n'avais pas réellement quelque chose à perdre en l'aidant, du moment que j'atteignais mon but. Lui, il était en pleine réflexion, ne sachant que répondre à cette requête. Il soupira, ajoutant rapidement.

"Achète toi des fringues, et bordel de merde rase toi, et coiffe toi, on dirait un clochard. Je te dirais où et quand. J'espère que tu sais ce que tu fais... Parce que dès qu'il va se rendre compte que le rendez vous, c'est toi, et pas moi, j'serais mis en haut de sa liste."


Il doutait. Il pensait que cela le mènerait à la mort. Il avait sans doute raison. Damian ne supportait pas l'idée que je sois vivant. Il risquait encore moins d'apprécier que je prenne ses hommes sous mon aile.
Le rendez-vous avait lieu le soir même. Le vieux Noah savait se montrer persuasif envers Damian. Je n'avais que quelques heures pour me préparer.
Je me suis contenté d'une tondeuse... Les cheveux coupés courts, la barbe aussi. L'eau coulait dans ce vieux robinet de cette vieille chambre. Et après m'être passé l'eau sur le visage, et en relevant la tête... Je ne sais pas... Une sorte de... haine, de colère... Je m'entendais respirer, fortement, toujours l'eau qui coulait. Et j'ai frappé le miroir, le brisant en plusieurs morceaux, tombant dans le lavabo. Je n'avais pas ressentie ce genre de sentiments depuis un certains temps... Ce n'était peut être que le ressortie de toute ma colère refoulé depuis deux ans. L'idée que je reprenais un air de personne civilisé, peut être... Surement.
J'enfilais ces vêtements neufs, remplaçant mon vieux sweet à capuche. Plus de capuche... Plus rien ne cachait mon visage. Pour la première fois depuis plus de deux ans, je me sentais comme une personne normal, un être banal. J'étais juste un homme parmi tant d'autre. Mais encore une fois, ce n'était qu'une illusion, cachant un homme détruit.... Le cachant juste un peu mieux.

Il devait être vingt heures quand je suis arrivé devant ce restaurant, en plein Downtown. J'y suis entré, et je contemplais les individus normaux, des marionnettes, qui s'animaient, qui parlaient, riaient. Des personnes qui mangeaient. On entendait le bruit des couverts résonnant dans la salle. Je cherchais du regard celui qui était maintenant l'ennemi... Damian. Il était posé sur une table au fond du restaurant, contemplant le plafond. Il ne m'a même pas vue m'asseoir en face de lui. Seul le bruit de la chaise avait trahi ma présence. Il continuait de regarder le plafond, tout en ajoutant d'un air méprisant:

"Bon, qu'est ce qui m'veux le vieux Sage de WilloBrook.
- Noah ne viendra pas Damian... Du moins, pour toi, il ne viendra plus jamais...
- Idiot..."






Confrontation:

Il baissa la tête, venant replacer son regard face à moi, plongeant ses yeux dans les miens. Chacun avec ce même air de haine, cette colère... Lui avec sa méprise en plus... Moi avec ma détermination.

"Qui est le plus idiot Damian ? Moi qui survie, ou toi qui m'a vendu ?
- Tout dépend sous quel angle on prend cette affaire. C'est donc... Mmh... Relatif.
- J'vois pas de relativité. On avait un accord. Vous m'aidiez pour Dwayne, et ça s'arrêtait là.
- En même temps, difficile de négocier quand on braque un flingue sur ma femme.
- Alors c'est ça ?
- Si seulement... Tu croyais que tu pouvais te pointer, braquer Jessy, tuer notre ennemi de toujours seul, et repartir tranquille après avoir déclenché une effusion de sang ? Tu sais combien de temps ça a prit pour gérer cette affaire ?
- C'est pas mon business... Donc c'est pas mon problème.
- Regarde plus loin que le bout de ton nez Shawn. Tu crois sauver ta famille en voulant régler des comptes, tu ne fais que te disperser. Tu vois... Je n'ai fait que prendre les devants.
- En tentant de me tuer, sans honneur, en demandant à quelqu'un d'autre.
- Disons que c'est plus facile de pour moi de gérer un business quand deux problèmes se confrontent ensemble...
- Nom de Dieu... Espèce de...
- Génie ? Je crois que c'est l'mot que tu cherche."


J'avais déjà ce couteau en main. Je savais qu'il ne fallait pas que je m'en serve ici, en plein lieu public. Dans ma tête, je lui sautais déjà dessus, le transperçant avec cette lame frénétiquement, jusqu'à rendre son visage indescriptible. Je m'imaginais avec son sang sur mes mains, et lui, mort. Dans la réalité, je me contentais de serrer des dents, de tenir la lame... Le bruit environnant avec complètement disparu, il ne restait que la colère.

l'ennemi de mon ennemi:

Les battements de mon coeur allaient de plus en plus vite. J'allais réellement finir par lui sauter dessus. Il n'en était rien. Il c'est levé lentement, remettant tranquillement sa veste de costume, toujours avec ce regard méprisant. Il savait le faire, ce regard.

"Tu veux me tuer ? Tu ne le fera pas ici... T'a eu assez de couilles pour venir, t'en aura pas assez pour en finir. Mais félicitations Shawn... ton nouvel affront va faire couler beaucoup de sang innocent... Mais bon... Pour mes intérêts, et ta soi-disant justice de fou, je suppose que ça ne posera pas de problème."

Il est partit, comme ça, allumant sa cigarette à l'intérieur du restaurant. Personne dans ce lieu n'a osé lui dire qu'il n'avait pas le droit de fumer. Il était prêt à tuer pour m'atteindre sans même se poser de cas de conscience, sans rien en avoir à foutre de ceux qui pourraient périr là dedans. Ma colère était insurmontable. Je me suis levé, j'avais toujours ce couteau, caché dans ma manche de veste, prêt à m'en servir. J'étais à quelques pas de lui. Quelques pas seulement le séparait de la mort. Je le savais, il fallait le faire. Peut importe dans quel restaurant on était, peut importe si je devais mourir après, tant que lui mourrais avec moi.
Je commençais à ressortir le couteau de ma manche, prêt à lui planter dans la nuque. Si près du but... Et un bras a saisie mon poignet... D'un geste à la fois strict, mais amical. Surement pour éviter que je me retourne et que je le tue pour cet affront. J'ai tourné la tête, regardant l'homme qui me tenait, regardant de nouveau Damian franchir la porte du restaurant, recrachant sa fumée. L'homme derrière moi lâcha mon bras, je retrouvais petit à petit mon calme. Les bruits environnant me revenait progressivement aux oreilles.

"Pas ici Hayes, ce serait d'la folie."

Je me retournais, le fixant, étonné. Cet homme, je ne l'avais jamais vue, et pourtant, lui, me connaissait.

"T'es qui ?
- Moi ? Un "ami" pour toi je suppose..."


Il ne devait pas dépasser les 30 ans. Brun, les cheveux courts. Il portait une veste en cuir noir, avec un jean, rien de plus banal. Sa paire de lunettes de soleil sortait de sa poche de veste. Il faisait à la fois le petit civil normal, et le mec pas net au fond. Rapidement, un deuxième homme nous a rejoins, allumant sa cigarette à son tour. Un blond, du même âge, et habillé aproximativement pareil.

"M'alors, vous êtes qui précisément ?
- Moi c'est Ray, et lui à côté c'est Jack.
- Ouai'p, moi c'est Jack... Y parait que tu veux tuer Damian ? Ooh t'inquiètes on peut s'aider si tu veux. Quoi ? Merde... P't'être parler trop fort."


Il semblait excité. Le mec un peu trop bavard et impulsif soi dit en passant. Il continuait de fumer sa cigarette, comme ci de rien n'était, avant que l'un des serveurs s'approche de lui.

"Hey ! C'est interdit de fumer dans le restaurant.
- Quoi ? Et genre le black en costard qui sort il a l'droit, et pas moi ? Wah mec ! T'es raciste envers les blancs ?
- C'est plutôt attif comme jugement blondinet."


Le serveur relevait un peu son veston, laissant apparaitre un semblant d'arme. Jack souriait, jetant sa cigarette au sol, faisant de même avec sa veste, regardant avec haine le serveur.

"Ouai bon. Vous savez quoi, on va vous laissez hein, Jack vient par là."

On est sortit tout les trois du restaurant, rapidement. Avant que Ray ne relâche Jack, l'air furieux.

"Tu veux nous faire buter ? Putain Jack t'es taré ? En plein territoire de Damian... Bordel de merde autant se suicider, tu leur f'ra économiser des balles.
- Rien à foutre, il parlait mal.
- Pov' con... C'est triste à dire, mais c'est quand même pour ça que j't'adore. Shawn, prends ça, on se rappelle."


Il me tendait un papier. Je l'ai attrapé, le regardant rapidement. C'était un numéro de téléphone. A peine ai-je eu le temps de relever les yeux qu'ils étaient déjà partit. Je rangeais le papier dans ma poche, reprenant ma route en direction du motel, regardant les alentours rapidement.








Cauchemar...:

La nuit a été longue... Le temps passait tellement lentement... Ce rêve, cet horrible rêve. Je me voyais, immobile, figé. Impossible de bouger, je suffoquais. Je me sentais mal, j'avais chaud... J'avais de plus en plus chaud. Ce rêve était un véritable cauchemar. Le genre de cauchemar que je ne faisais que rarement. Je voyais une mort atroce dans le feu et le sang. Les flammes s'approchaient... Elles s'approchaient de plus en plus, lentement. Et moi, j'était attaché. Un ciel rouge, et des flammes tourbillonnaient autour de moi, jusqu'à m'atteindre. Et je criais, je pleurais, tout ce que je pouvais pleurer. Et je voyais chacune des personnes que j'avais déjà tué tout au long de ma vie, me punissant par ces flammes ardentes qui continuaient de me brûler. Du sang et des flammes, une vision de l'enfer assez simpliste, mais pourtant tellement cruel.

Je faisais ce cauchemar cette nuit là, et une fois que je ne vis plus rien, que les flammes m'avaient consumés, et que je mourrais de douleur, je me réveillais, en sueur, évidemment. Et devant moi cet homme, toujours cet homme. Cet hallucination qui, jamais, ne m'abandonnait. Toujours là, à chaque réveil de ce genre.

"Alors Shawn, on a chaud ?
- Ca t'amuse de te foutre de ma gueule à cause de mes cauchemars.
- J'ai jamais dis que c'était à cause de tes cauchemars.


Il fixait la porte... En effet... La chaleur était anormalement élevée. Et c'est quand je repris entièrement le contrôle de mes sens que j'ai réalisé qu'il se passait quelque chose. Dans le couloir, on entendait les gens s'agiter. Des lueurs rouges passaient sous la porte. Je me suis rhabillé rapidement, avant d'ouvrir la porte, passant ma tête dans le couloir... Et c'est à ce moment précis que mon cauchemar est devenu réalité.

...devenu réalité:

On ne voyait rien. De la fumée épaisse partout, couvrant des flammes qui montaient aux murs. A travers ces rideaux rouges et noirs, tout le monde courraient désespérément, cherchant la sortie. Certains toussaient déjà, s'asphyxiant petit à petit. Certains étaient déjà inertes au sol. Je savais qu'il ne fallait pas traîner.

Je suis sortie de la chambre, courant à mon tour dans le couloir, cherchant l'escalier pour rejoindre l'extérieur. Courir était le seul objectif. Courir pour survivre. Passer à travers la fumée et la braise, évitant l'ensemble des débris qui s'écroulaient petit à petit. On entendait le bruit des cris, des effondrements, des pas affolés. Une scène d'horreur se dessinait sous mes yeux. Parfois, certains cris étaient suivie d'un effondrement, puis... Plus rien. Courir. Il fallait continuer de courir, dans cette chaleur insoutenable. Impossible, malgré la situation, de ne pas penser à toutes ces vies détruites, à ces personnes innocentes qui mourraient sous mes yeux. Mais pour pouvoir les venger, il fallait déjà rester vivant. J'étais prêt de la sortie, et je voyais ce gosse, là, sous les débris, coincé. Il respirait encore, il pleurait et criait. Il appelait ses parents. Il appelait, et personne ne venait le chercher. Et je savais bien que personne ne serait venu le chercher. Il devait avoir l'âge de Jesse. Je ne pouvais pas sauver les autres, mais je pouvais au moins sauver celui là. Et dans un pic d'adrénaline, mélangé par la colère, la tristesse et la peur, j'ai réussis à le sortir des débris, et à le prendre dans mes bras, pendant que les autres, désespérés, continuaient leur chemin, sans même nous venir en aide.

Je regagnais la sortie, l'enfant dans les bras. Il tombait inconscient, sous le choc, et blessé. Je sortais de l'hôtel, m'éloignant, et me retournant... tombant à genoux, l'enfant dans les bras, inconscient. Et je regardais cet hôtel bruler, et s'effondrer. Les pompiers n'étaient pas arrivés, ni la police, ni les ambulances... Que viendraient-ils tous faire ici après tout ?
On ne les a vu arriver que dix minutes plus tard, alors que je tenais encore l'enfant, avec un moment d'absence, ne sachant que penser de cette scène. Les ambulanciers étaient devant moi, attendant que je leur donne le petit. Et plus loin, le vieux concierge parlait avec un agent qui semblait s'ennuyer d'être là. Il avait surement mieux à faire, comme chercher le chien d'un putain de riche sur Hollywood par exemple.

Ils étaient deux ! Tout en noir ! Des flingues et des jerricans ! Capuché ! Et oui ! Deux ! Capuché j'vous dis ! Vous notez ce que j'vous dis au moins ?

Le flic n'avait rien noté, mais moi j'avais bien tout entendu... Je savais qui étaient les responsable. Damian m'avait promis la mort d'innocents, c'est chose faite... Ce n'était que le début. Le début d'une nouvelle guerre.








Révolution:

Les jours suivant marquaient surement la période la plus rude et la plus sombre de WilloBrook. L'enterrement de tous ces innocents se déroulaient dans un petit cimetière, à la sortie du quartier. Des centaines de personnes c'étaient réunis, et des dizaine de cercueil bon marché traversaient l'allée. Des prières, des larmes, au milieu d'un temps lugubre et froid.

Devant chaque tombe, des dizaines de personnes se rassemblaient. Devant l'une d'elle, moi, fixant longuement le nom de l'enfant qui avait perdu la vie dans l'incendie. Quelques mètres plus loin, Damian, et ses sbires, regardant les alentours, avant de revenir fixer son regard sur ce qui semblait être ma personne... Non, il ne me fixait pas... Il fixait le groupe derrière moi, au niveau d'une autre tombe... Et eux même fixaient à la fois Damian, et moi. Un homme, sombre, d'un certain âge, se tenant sur cette cane. Il avait fier allure, et savait mettre les défauts de son âge en qualités. Il semblait froid... Il me rappelait Dwayne... Pour le peu que je l'ai connu. Ses lieutenant derrière lui fixaient, eux, les tombes une par une, avant de porter leurs regard sur Damian... Et petit à petit... Tout ses regards... Toutes ses personnes... Revenaient fixer une seule et unique personne... Moi.

De moins en moins de personne... De plus en plus de risque. Que faire, qu'est ce que je vais faire ? Impossible de sortir vivant d'ici... Il aurait fallu courir. Ce cimetière aurait pu devenir un champ de bataille à n'importe quel moment entre les deux groupes, ou un simple exécutoire pour moi. Le temps passait, ils ne restaient plus qu'eux, une bonne dizaine au total, et de pauvres gens, apeurés par la scène... Une trentaine peut être. Aucune influence... Ils n'étaient que prisonnier de l'emprise de ces deux Grands. Chacun des groupes d'un côté, et moi, dans l'allée principale, me dirigeant vers la grille... Ils commençaient tous à mettre leur mains à l'intérieur de leur veste, ou dans leur dos. Seul Damian et le vieux restait droit, fixant la scène, sans ne rien faire de plus que de regarder. L'un souriait, l'autre restait inexpressif.
La mort approchait... Ca faisait longtemps... Que je ne l'avais pas senti si proche. Une exécution. Huit contre un. Et personne ne viendrait pleurer ma mort ici... Je me retournais, remettais ma capuche calmement, et je commençais à rejoindre la sortie, espérant que la scène se déroule vite, bien... Pas de bavure, juste une fin... Pas celle que j'espérais, mais surement celle que je méritais pour avoir affronté ceux dont la force et l'influence étaient suffisamment grande pour ne pas être contestable.

Je continuais d'avancer, tous avaient leurs armes en mains... Je les entendais, je les sentais. Ils me visaient, le chien des armes baissés. Il ne restait qu'une pression de la détente. Je continuais d'avancer, quand certains innocents se mirent devant moi... Faisant un signe de négation de la tête... Derrière moi, un homme se mit à crier:

"Alors c'est comme ça que le tueur de Dwayne Orton doit finir ? Tuer par les deux puissances rivales ? M'ahaha... Conneries. Cet homme a tué Dwayne Orton ! Vous croyez qu'il suffit de le viser à 10 pour le tuer ? Noon... Surement pas."

Je me retournais. L'homme qui criait ça était capuché.... Noah. Il sortit une arme, comme une quinzaine d'autre civils ici présent. Certains n'avaient pas eu le temps que les balles commençaient déjà à les transpercer. Et d'autre civils se mirent à re-rentrer dans le cimetière. Et c'est par l'entrée de derrière que les fidèles de Damian et du vieux rentraient. Les armes étaient de moins en moins présentent, les poings et les couteaux de plus en plus utilisé. C'était WilloBrook contre les puissances, avant de devenir WilloBrook contre WilloBrook. Chacun défendait son camp. Et au milieu de ce qui était devenu une véritable guerre, j'essayais de rattraper Damian. Les coups que je prenais étaient aussi puissants et douloureux que ceux que je mettais. J'arrivais à hauteur de la sortie arrière du cimetière, reprenant mon souffle contre le mur... Me tenant ma jambe, qui me faisais mal... Je releva la tête, me retourna... Et c'est un coup à la tempe qui m'accueillie.

J'étais dans les vappes, je ne voyait qu'à peine ce qu'il se passait... J'étais sur le dos, fixant le ciel, avant qu'une ombre ne me cache la lueur du peu de soleil qu'il y avait.

"Tout ça ! Tout est de ta faute Hayes !"

Un jeune, masqué, se jetait sur moi, me ruant de coup. Rien ne pouvait l'empêcher de me frapper. Un acharné du quartier, qui rejetait tout ce merdier sur moi. Au fond... Il n'avait peut être pas tort.

Et les coups s'enchaînaient... Suivie d'un coup de feu. Il tombe raide mort sur moi, et Noah le poussait avec son pied à côté de moi... Son regard vide me fixait... Une victime de plus de cette rébellion qui, je pensais, n'engagerais que moi et Damian. Les choses s'empire minutes par minutes... Et la révélation sur la mort de Dwayne chamboule tout... Plus de contrôle du quartier, plus de doctrine à appliquer... Juste deux camps qui lutte pour garder le peu qu'ils leur restent. Je suis revenu à Los Angeles pour Damian... Pas pour cette guerre...


Noah se remettait droit face à moi, tendant sa main libre, tandis que l'autre tenait l'arme fermement:
"Il n'y a plus rien pour nous à WilloBrook, en route."

Révolutionnaires:

"Où va t'on ?"

La question que je posais restait sans réponse... Noah était silencieux, à son habitude. Il me ressemblait dans le fond. L'homme qui parle uniquement quand il faut, et qui sait de quoi il parle. Il représentait une sorte de symbole pour l'ensemble des jeunes de WilloBrook. Et jusqu'à cet incident, il était le symbole de Damian. Maintenant, il est devenu le symbole de ma pensée.
Et alors qu'on s'éloignait de ce quartier déchiré, il restait fixé sur la route, ne répondant toujours pas à la question posé. Il se contentait de ne faire comme si il n'avait rien entendu, et comme si rien ne c'était passé dans son quartier.

La direction qu'il prenait allait vers Palomino Creek, petit village à la frontière de Los Angeles. Le silence et le calme qui rêgnait dans le véhicule créait paradoxalement une ambiance angoissante... Je n'aurais jamais pensé qu'être à côté de cet homme aurait été aussi étrange.
On arrivait proche de Palomino Creek, semblant suivit depuis Los Angeles par une moto.

"Noah... On est suivit.
- Shawn, des dizaines de personnes vont de Los Angeles à Palomino... De quoi t'a peur ? Laisse ta folie de côté pour une fois."


Il n'avait peut être pas spécialement tort... Malgré le malaise que cette moto me procurait. Il a finalement tourné à un virage, tandis que nous arrivions devant une maison. Noah s'arrêta devant celle-ci. Le quartier était calme. Tout était calme par ici. Loin du crime et de la corruption de cette putain de ville. On avait échangé une anarchie constante contre un ordre et un calme apaisant. La maison était tout à fait banal. Et une fois le pied franchit la porte, rien en semblait étrange. Tout était parfaitement rangé, et en ordre. Le genre de maison typique qu'on pourrait voir dans toutes séries ou films. On s'approchait du salon dans le plus grand des silences.... Sur le canapé étaient posé sereinement Ray et Jack, la table recouverte d'armes en tout genre.

"Bien joué les gars... Sacré bordel... On avait pas réellement prévu une guerre dans un quartier pour tuer discrètement Damian, mais on s'arrangera...
- Vous foutez quoi ?
- Ca s'voit pas ? On s'prépare...
- Quoi ? A 4 ?
- Non.. Manque quelqu'un, il devrait arriver rapidement. Ai confiance Shawn."


Ce combat était entrain de devenir une guerre de clan. Ce n'était plus moi contre Damian, mais mon équipe contre la sienne. La plupart des membres ici présent, je ne les connaissais pas. Et la confiance était devenu quelque chose de difficile à donner. Mais avais-je réellement le choix ? Damian a toute sa famille dans sa poche, et tous sont aussi taré et doué les uns que les autres. Une fois ce combat terminé, je m'en irais définitivement... Encore faut il que le groupe de Dwayne ne se mette pas en travers de ma route.

Quelqu'un entrait dans la maison... lentement. Ses pas était lourd. Il passait le salon, une cigarette entre les lèvres, et un fusil à pompe qu'il tenait de sa main droite, le soutenant avec l'épaule. Il semblait fatigué, mais déterminé. Des cheveux longs, une barbe mal rasé... Mon égo venait de passer cette porte... Un égo qui semblait encore plus détruit que moi.






Revenge Squad:

"Et c'est tout ? 5 contre... Une dizaine ?
- 5 avec un effet de surprise Shawn...
- Ca ne suffira jamais pour faire l'affaire.
- Dit le mec qui voulait s'en prendre à Damian seul...
- Je te rappelle que t'a failli faire pareil Paul."


Le silence revint soudainement. Tandis que Paul rejoignait la sortie, ne disant rien, laissant son fusil à pompe contre le mur. Noah sortit ensuite, se dirigeant vers la salle de bain, tandis que Jack retournais dans la cuisine se chercher une bière. Ray me fixait, ses propos envers Paul était sincère. Il attendait certainement que je lui pose la question:

"Qui c'est ?
- J'me demandais au bout de combien de temps du répondrais."


Il prenait son verre posé sur la petite table à côté du canapé, en échange, il y posait son arme. Il buvait tranquillement son whisky, regardant la maison, avant de revenir me fixer, soupirant légèrement.

"Paul.. C'est un peu... Ton égo. Toi, t'a perdu tes deux âmes soeur... La première était douloureuse, Dwayne a tenté de te faire un lavage de cerveau pendant ta dépression, tout ça... Lui c'est pareil... Il a perdu sa femme, sauf que ça venait de Damian. Vous êtes... Des... Expériences ratées.
- Mais encore ?
- Lors de la mort de sa femme... Damian lui a demandé de choisir entre sa femme ou sa fille... Punition pour avoir tenté de l'arrêter en enquêtant sur lui.
- Quoi ? Paul est flic ?
- Ouai... Et evidemment, depression, folie. Personne n'a voulu croire son histoire quand il est revenu."


Je restais bouche bée. Je ne pensais pas que Damian était à ce point là cruel. A croire que tout est possible.

" Comment tu sais autant de chose Ray ?
- Cherche pas..."


Je me sentais mal... Ray était plutôt froid dans ses propos, fixant avec ce regard noir. Il savait intimider quelqu'un... Même quelqu'un comme moi ou Paul. Et comme Paul, j'ai fini par sortir de la maison. Il était accoudé à la rembarde, sur la terrasse. Il fumait sa cigarette, l'air perdu dans ses pensées, avant de venir me regarder rapidement, rejetant son regard dans la rue.

"Le grand Shawn Hayes... Celui qui a tué Dwayne Orton.
- A croire que je suis plus populaire que je ne le croyais.
- Et tu sais pas tout..."


Je m'accoudais à mon tour sur cette rembarde, à côté de lui, m'allumant une cigarette. Deux hommes identiques, posé l'un à côté de l'autre. On voyait des larmes couler de ses yeux, et une rage intérieur soudaine se faisait ressentir.

"Comment... Comment tu fais pour tenir Shawn ?
- Je ne tiens pas, je subis... J'suis pas un exemple... J'suis fou.
- Je préférerais avoir cette folie que tu possède, plutôt que la revoir se faire tirer une balle dans la tête...
- Il te reste ta fille...
- Sinon je me serais déjà suicidé...
- Tu penses que tuer Damian t'aidera ?
- Et toi ?
- J'sais pas...
- Alors, est ce que tuer Dwayne t'a aidé ? C'est la même..."


On se fixait mutuellement, l'air interrogatif. Il tirait sur sa cigarette. Il venait fixer l'homme au loin, qui semblait le regarder également. Je ne sais pas... J'étais toujours là, à le fixer lui. Il recrachait la fumée de cigarette, ajoutant calmement:

Revoir cette mort... C'est atroce. Toutes les nuits... Mais le pire, c'est ce que Damian m'a dit ensuite... Quand j'lui ai demandé pourquoi elle et pas moi... Cette phrase... Cette phrase merde. Tu sais ce qu'il m'a dit ? Tss... C'est... "Les fous sont parfois plus utiles que les morts" "

Il a jetté son mégot, retournant dans la maison. Je le regardais, simplement... Sans savoir quoi dire. Je le regardais rentrer dans la maison, avant de plonger à mon tour le regard dans la rue. L'homme au loin s'éloignait... Etrange inconnu qui semblait nous surveiller. Ma folie encore ? Cette fois ci, j'en doutais.

Dernière soirée d'une époque:

Le soir approchait, on s'était réuni tout les cinq autour de cette table basse. Chacun d'entre nous avait une raison bien particulière de vouloir s'occuper de Damian. Il se croyait puissant, et influent, sans se rendre compte que chacune de ses actions depuis de nombreuses années accumulaient la haine et la colère de plusieurs personne. Et tout cela allait lui exploser à la figure prochainement.
Ray ne voulait que l'argent de la prime qu'il y avait sur sa tête. Jack voulait l'argent et sa revanche... Noah voulait se libérer de ses chaînes au nom de WilloBrook, et Paul et moi... Ce n'était qu'un simple esprit de vengeance. C'est chez nous que la haine était la plus forte.

Le plan était réalisé. Damian se cachait dans une maison dans la campagne. Ray avait donné un rôle à chacun d'entre nous, et les armes étaient déjà prêtes. Lui et Jack avait préparé ça depuis des mois, en réunissant les personnes qui n'avaient plus rien à perdre et qui en voulaient le plus à Damian. Son plan était idéal, parfait. Il avait prévu la position de chaque personne là bas. Il semblait que rien ne pouvait faire louper ce plan... Il avait surement oublié le détail le plus important....

Tout le monde s'armait, tout le monde était prêt à en finir ce soir. On grimpait dans les véhicules. L'un d'eux était conduit par Sheryl, la soeur de Ray, qui venait juste d'arriver. La route allait être longue. L'impatience montait... Paul avait du mal à rester en place, et allait certainement mettre en péril l'opération, en ne laissant que son instinct le guider, laissant de côté le plan prévu. Comment lui en vouloir ? J'allais surement être dans le même état.

La fin approchait petit à petit... Il ne reste qu'à savoir qui allait s'en sortir, et qui allait mourir ce soir.








Fin d'une époque:

Le moteur rugissant, la peur qui montait... la rage proportionnellement. Je fixais Paul, il me fixait. On savait tout les deux que tout allait se jouer ce soir, qu'il y avait une très grande chance qu'on y reste. Et ce soir, on savait que rien n'allait nous empêcher d'avancer. La mort n'était qu'un état, qui ne nous faisait certainement pas peur, pas maintenant.

Les véhicules s'arrêtaient. On descendait du véhicules, tandis que l'ensemble des lumières de la maison s'allumait. Toutes les armes se chargeaient, le bruit des souffle se faisaient entre, puis... Plus rien... Le temps semblait s'être arrêté, tout le monde fixait les portes de la maison... Et les portes s'ouvraient, et le silence de cette longue nuit s'effondrait sous le bruit des automatiques. Des balles de tout les côtés, et la guerre commençait. L'impact des balles contre les murs et la carrosserie des véhicules.
Damian sortait par l'arrière de la maison, tout le monde tenait sa position comme Ray l'avait prévu. Aucun des deux camps ne se départageaient dans ce conflit... Jusqu'à ce que Paul explose de rage, et ce mette à courir à travers les tirs.

"Putain ! Paul ! Qu'est ce que tu branles ?"

Ray était furieux. Paul remettait toute la situation en jeu, hors contrôle. Je ne me contrôlais plus non plus. Une réaction en chaîne, je courrais dans la même direction que Paul, tandis que Jack, Ray, Noah et Sheryl partaient vers la maison. Deux des personnes de la maison c'étaient effondrés sous les tirs... Le silence revenait peu à peu.

Paul courrait en direction de Damian, prêt à se jeter sur lui. Damian était suivie d'un des siens. Il braquait son arme sur Paul ! Il allait tirer ! Il allait le faire, avant que mon automatique le transperce de toute parts. C'était une femme... Jessy ou Sheyla. Au début, j'y ai cru... Je me suis approché... Ce n'était aucune des deux, ce n'était que la nièce de Damian... Shana. Je restais immobile, fixant son cadavre... Inerte, son regard vide fixant les étoiles. Puis les tirs revenaient casser la tranquillité de la campagne, dans la maison. Mais également du côté de Damian et Paul.

Paul au sol, et Damian face à lui, l'arme braqué sur sa tête. C'est sans scrupule qu'il lui tira trois balles dans la tête. Avant de venir me braquer, tentant de tirer une balle, avant de jeter son arme au sol... Il était désarmé, courant alors plus loin en hauteur, à travers les rochers. J'essayais de le rattraper, lui tirant dessus, sans succès.

Le silence revenait, les bruits de tirs dans la maison continuaient leur concert. Je marchais doucement, avant que Damian ne sorte derrière moi, un morceau de bois à la main. Le coup qu'il m'avait donné m'a fait lâcher mon arme au sol, coincé un peu plus bas entre deux rochers. Ni lui ni moi n'aurions pu l'atteindre. Il tentait de me donner des coups, que j'esquivais difficilement... Certains venait me frapper violemment... Mais la haine grandissait... Rien ne me fera tomber ! Je ne contrôlais plus rien, et les coups devenaient de plus en plus douloureux, autant pour lui que pour moi. Son morceau de bois désarmé, le combat ne restait juste qu'une effusion de sang, entre poings. Il bloquait mes crochets aussi bien qu'il me frappait... Il frappait ma jambe... La douleur était bien trop grande. L'uppercut venait le remettre quelques pas plus loin... Tout les deux, tombant au sol... Je fixais l'herbe, crachant mon sang, me tenant la jambe... On se relevait tout les deux, on se fixait... La rage dans les yeux.... Le combat touchait à sa fin.

La chute du roi:

Une explosion... De la fumée... Des lueurs rouges au loin. La maison venait d'exploser. Impossible de dire qui était dedans à ce moment là. Damian était aussi désespéré qu'enragé. Un moment de silence pour nous deux, avant des cris de fureur de sa part.

Il se rejetait sur moi, épuisé, tenant un morceau de bois pointu en main. J'étais prêt à l'accueillir, tenant une pierre. Il s'approchait, se jetait sur moi, me donnant des coup avec son bâton, tandis que je relâchais mon arme de fortune. Un coup de coude gauche, et un crochet du droit pour le faire reculer. Je tombais au sol, reprenant ma pierre, et me relevant rapidement. A peine eus-je le temps de me relever que la pierre trouvait sa tête, et... moi... je basculais en arrière, une douleur abominable au ventre... Quelque chose de planter dans le ventre.

Je basculais, regardant ce bâton planté, fermant les yeux, tombant quelques mètres plus bas, dans la rivière qui descendait.

Etait-il mort ? La question ne se posait plus... Puisque je l'allais l'être certainement... La mort m'ouvrait ses bras dans le torrent de la rivière, me faisant voyager... Le sang laissait une trace dans l'eau... Je voyageais.... Je voyageais sous le ciel étoilé, impuissant et faible, attendant la destination finale qui m'ouvrait ses portes...
La fin approchait, la maison ayant explosé... Tout le monde mort, et moi... Mourant sur cette rivière.


Les battements de mon coeur ralentissent... La douleur, les picotements... Le froid... Je ne sens plus rien. Une fois encore, je n'ai jamais vue la mort d'aussi prêt... vraiment... D'aussi prêt...




Dernière édition par Jason Hawks le Dim 01 Mar 2015, 18:53, édité 1 fois
avatar
Membre 5
Membre 5
Date d'inscription : 27/06/2013
Messages : 4190
Age : 55
Localisation : Juste à côté.

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Background] [Livre III] - Shawn Hayes - 2e Partie: Welcome back

le Dim 25 Jan 2015, 19:38
J'vais pas poser de questions ;)
J'adore, et j'attends la suite.


"C'est quand un moustique se pose sur nos testicules qu'on comprend que la violence ne résout pas tout "
Bendo na bendo:
avatar
Leader Staff
Leader Staff
Date d'inscription : 23/08/2011
Messages : 4342
Age : 20
Localisation : Nul part et sûrement ailleurs

Informations InGame
Prénom_Nom: Jason Hawks
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Background] [Livre III] - Shawn Hayes - 2e Partie: Welcome back

le Dim 01 Mar 2015, 18:54
Weeeee ! Fini !
avatar
Membre 5
Membre 5
Date d'inscription : 27/06/2013
Messages : 4190
Age : 55
Localisation : Juste à côté.

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Background] [Livre III] - Shawn Hayes - 2e Partie: Welcome back

le Dim 01 Mar 2015, 19:40
Formidable! :D
Pleins de psychopathes en moins !
Vraiment j'ai kiffé surtout avec la musique.


"C'est quand un moustique se pose sur nos testicules qu'on comprend que la violence ne résout pas tout "
Bendo na bendo:
Contenu sponsorisé

Re: [Background] [Livre III] - Shawn Hayes - 2e Partie: Welcome back

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum