Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Administrateur
Administrateur
Date d'inscription : 29/10/2012
Messages : 5848

Informations InGame
Prénom_Nom: Colin_Mercer
Voir le profil de l'utilisateur

Renan Farrens - Bullshits.

le Jeu 25 Déc 2014, 03:14








Il était vingt deux heure trente, la fin de service sonnait. La journée avait été rythmée par deux tentatives de meurtre pour voyeurisme, une agression à main armée pour un sachet de dope réquisitionnée par le MPD et par deux délits de fuite. L'équipe était fatiguée et se séparât à la sortie du poste.
L'un d'eux marche hâtivement en direction d'un quartier moins coté, capuche sur la tête, regard au sol. On peut constater aisément qu'il regarde sa montre quand il croise un individue à un carrefour qu'il frôle de prêt.

En réalité, il venait de lui refiler une des doses de dope réquisitionnée par le MPD et a récupéré quelques grammes de poudre.
Sans se retourner, ni même vérifier s'il est suivit, il continue sa route, jusqu'à son appartement, en face d'un pub familial. Lorsqu'il arrive devant ça porte, il se tourner et regarde celui ci. La fenêtre du deuxième étage avec balcon semblait encore ouverte. De la lumière en émanait, et laissait paraitre du mouvement à l'intérieur. Il acquiesce un léger sourire en coin, venant saisir ses clefs dans ça poche de veste droite, pour enfin ouvrir ça porte et monter à son appartement.

L'appartement n'est pas immense. Il n'a que trois pièces, salle de bain comprise et est situé au premier étage de l'immeuble. On entendait les voisins du rez-de-chaussé, en plein ébats sexuels et le chien du voisin d'en face aboyé au moindre passage.
Il s'installe dans son fauteuil, vient déposer se qu'il a récupéré un peut plus tôt sur la table basse, allume la télé, puis retire sa chemise. Il faisait assez chaud dans l'appartement, malgré la fenêtre restée ouverte toute la journée, par négligence.

Attrapant un bout de feuille cartonné restée sur la table de ça main gauche, il ouvre le sachet de la main droite répandant la poudre sur la table. A l'aide du carton, il fait plusieurs lignes, trois petites mais disposées en "F". Il jette un rapide coup d’œil à sa création, puis saisit une paille, présente dans un bocal, parmi une centaine d'autre, toutes de petites taille, et pré-découpée.
Venant poser une extrémité de la paille prêt du rail, et l'autre dans sa narine droite, il renifle de toute ses forces, aspirant ainsi la poudre de la ligne en accompagnant d'un geste latérale, cette dernière.

Toute la nuit durant, il boit et consomme divers produits, s'endormant grâce ou à cause de leurs effets secondaires.

Jusqu'à ce que le réveil affiche dix heure et demie ...



Départ et cendres :

Le réveil avait tout juste sonné. Mais Renan ne bougeait pas vraiment. C'était difficile, difficile de ce lever, d’émerger. Après quinze bonne minutes, il se lève, puis avance vers la fenêtre donnant sur le pub d'en face. Il regarde par cette dernière, torse nu, sans pantalon, avant de s'étirer, puis regarder au niveau du parking avant du pub. Il n'avait pas d'expression faciale, jusqu'au moment ou il lui semblait manquer quelque chose, devant le pub. Il tourne la tête, semblant le chercher dans la ruelle, puis vois une Ford Explorer de 2006, stoppée aux feux plus haut.
Il se rendit compte de sa bêtise, et se met à se presser comme jamais il n’aurait pus, même sobre, puis enfile un t.shirt, un caleçon et un t.shirt avant de descendre son immeuble et sortir dans la rue.
Il courrait jusqu'à la voiture, qui, entre temps, avait redémarrée et continuait ça route. Mais Renan continuais à courir et se mit même à penser qu'il n'avait pas ses chaussures. Il finit par perdre la voiture, avant de s'arreter, essouflé, se tenant les genoux, dos courbé, tete en avant, transpirant à pleine goutte.

"Et merde ... Désolé ... Désolé p'tite soeur..."

Il reprit son souffle, petit à petit, en répétant toujours la même chose, puis décide de rentrer chez lui. Mais une fois arrivé, il constata la présence de quelques collègues en uniforme, devant son immeuble. Il s'avance vers eux et s'écrit, encore peineux :

"Hey les gars, y'a un probléme ?"

Les officiers se tournent puis constate l'état de Renan avant d'ajouter, presque en coeur :

"Ouais ..."

Par la suite, il s'avance vers Renan, venant l'entourer. Ce dernier ne comprenait pas ce qu'il clochait. Les officiers le saisirent, pour finalement l'embarquer sans rien lui expliquer. Les effets des drogues et de l'alcool ingéré la veille n’arrangeait pas la compréhension de Renan qui vacillais de temps à autre.
Dans la voiture, un de ces collègues lui annonçât qu'il était mal barré. Qu'un voisin avait appelé, parce que ça sentait bizarre dans le hall et que de la fumée sortait de l'appartement de Renan.
Manque de pot, les officiers et une unité de pompier sont entré. Renan avait due oublié un mégot ou tout autre source de feu, provoquant un départ d'incendie.
C'était la cuisine qui commençait à plutôt bien bruler. Les pompiers sont intervenus à temps. Mais les collègues de Renan ont aussi pue trouver la source de l'état du jeune homme et comprendre ainsi, son coter ... Dérangé.
Le collègue qui parlait, n'était autre que Bill Norriso, un bon ami de Renan, et un très bon flic. A lui seul, il a presque bouclé une affaire de meurtre, le mois dernier, et tout ça, sans aucunes aides extérieur. Cela dis, il ne lui cachait pas qu'il était dans de beau draps, avec ce qu'ils avaient retrouvé chez lui.

Renan n'était pas en état de répondre, il regardait à droite à gauche, comme inquiet, stressé. Il ne semblais pas être réellement la, mais marmonnait quelque chose malgré tout depuis sa course matinale :

"Désolé soeurette ..."




Dure vérité:

Il était midi, Renan était en cellule de dégrisement, quand son collègue Bill vient le chercher. Il l’emmena dans une salle pour lui parler. La salle n'est autre que la salle de pause du poste. 30m² avec table, chaise et cafetière totalement vidée à cause de Bill qui a dégagé tout le personnel en pause, pour parler avec Renan. Il s’assoit sur une chaise, après avoir servit un café à Renan déjà assit et qui semblait avoir mal à la tête. Bill commençât :

"Tu faisais quoi hier soir ?"

Renan relève la tête, puis sourit doucement en fermant les yeux, les mains tenant ça tête comme s'il n'avait pas les muscles pour qu'elle tienne seule.

"J'suis rentré, j'me suis fais un rail, et fiou ..."

Il fait décoller ça main droite vers le ciel, mimant un avion et ouvrant grand les yeux.

"Ok, Renan, tes dans la merde, tu sais ça ?"

Renan repose ça main sur ça joue en se claquant cette dernière tout en ajoutant, en fermant les yeux :

"Ouais, mais t'vas m'sortir d'la, hein ? Suis sur ..."

Bill ne semblait pas vraiment en mesure de faire quoi que ce soit, et le fit comprendre par un long silence. Renan ouvre les yeux, suite au calme presque mortel de la pièce et ajoute :

"J'suis dans la merde, hein ?"

Bill acquiesce d'un signe de tête, tout en ajoutant :

"Le chef voulais te parler. Mais j'lui ai dis que j'm'occupais d'abord de ton cas."

Renan se redresse, venant s'adosser à la chaise, puis ajoutant, soupirant et grimaçant :

"Tu veux dire que l'bondinet veut m'parler ? Y'a quoi à dire ?"

Bill se relève, avant de montrer le café à Renan, et ajouter d'un ton éreinté :

"C'est pas ma merde Renan ... Ta soeur est partit, j'peux pas faire mieux maintenant ... J'suis tout seul à protéger ton cul maint'ant."

Renan baisse la tête, regardant la table, avant de venir poser ça main droite sur cette dernière et gratter une encoche faite probablement avec un couteau.

Bill s'empresse d'enchainer :

'Bon, bois ton café, et on va voir. Tes p'tetre pas finis..."

Renan s’exécute, puis boit son café, tout en se redressant et le laissant sur la table. Par la suite, il accompagne Bill en direction du bureau du chef du poste. Les deux hommes traverse tout le couloir, en passant devant d'autres collègues, qui ricanent en voyant Renan. On entend même certain officiers mimer le bruit d'un homme qui renifle un rail de cocaïne. Le bureau n'est qu'à quelque métre quand Renan s’arrête, puis ajoute, doucement :

"Bill, mon apparte ... J'veux dire, c'est mort ?"

Bill se retourne, et semble ne pas s'attendre à une telle question, puis réponds :

"Tu peux dire adieux à ta cuisine mon pote ... Fais chier, moi qui voulais ta Tassimo ..."

Renan sourit, puis continue à avancer vers le bureau, avec Bill. Arrivé devant la porte, ils s’arrêtent tout deux, et Renan ajoute :

"Bill, j'suis dans la merde ..."




Jugement:

Un mois et demie après les faits, une commission des principaux officiers supérieur c'était réunie. Le cas de Renan était étudié, bien que tous savaient déjà ce qu'il en retournerait.
Renan lui, était assis sur une chaise à la sortie de la salle de réunion. Son collègue et ami, Bill, n'était pas la. Une grosse affaire d'un triple homicide était tombée, et comme à son habitude, il a accourue.
Un homme seul qui attend le jugement final. C'était la situation de Renan.

Plusieurs minutes après que la réunion ai commencée, les officiers sortirent de la salle. Le commandant appel Renan, qui entre alors sans bruit. Ce dernier ne regarde pas son supérieur, il se contente de sillonner la salle, regardant les quelques friandises et autres viennoiseries présentes sur la table.
Toujours sans vraiment regarder le commandant, il apprend alors qu'il devait rendre son badge, son arme, et ça tenue d'officier.
Lorsqu'il le comprit vraiment, il finit par regarder le commandant, sans ajouter un seul mot. Un pesant silence s'installe, avant que le bruit d'un retrait d'arme se fasse entendre.
Renan prenait son arme, pour la poser, déchargée, sur la table. Il se redresse, venant retirer sa ceinture, puis son holster, qu'il dépose à coter de l'arme. Il soupire, puis finalement retire aussi son badge, avant de rester la, sans rien dire.

Le commandant ajoute lui aussi un soupir bien connu de Renan, pour enfin lui octroyer :

"T’aurais pus aller bien plus loin. Mais la, on pouvait pas lâcher ça. Tu peux y aller."

Renan se tourne vivement vers la porte, l'ouvre puis quitte la pièce, sans la refermer derrière lui.


Nouveau départ:

Que faire désormais ? C'était la question que pose la mère de Renan lorsqu'il lui apprend la nouvelle. Il n'avait pas d'idée précise, juste quelques brides par ci, par la.
Son pére arrive finalement et entre dans la pièce vivement ajoutant haut et fort :

"Tu tes fais viré ? Bordel de merde tu t'fou d'moi ?"

Renan n'ajoute aucuns mots, et se contente, une fois de plus, d'un mouvement positif de la tête.
Son père, lui, en réponse, assenè un violent coup de poing sur le meuble qui se trouvait à sa droite avant d'ajouter en regardant le sol :

"Cette fois Renan, tu dégages. Ta plus d'apparte, ouais... Mais on t'logera pas."

Renan lâche soudain, coupant presque la dernière phrase de son père :

"Los Angeles."

Les deux parents se regardent, la mère sourit, alors que le père quitte la pièce sans prévenir.
Elle regarde Renan, en ajoutant qu'il devait appeler sa sœur, mais qu'il devait partir maintenant.
Il acquiesce d'un mouvement de tête, se retourne et prend la direction de sa voiture. A l'intérieur, on constate un monticule de bien personnel, provenant surement du reste de son appartement. Il grimpe en voiture, avant de s'adosser à son siège, puis amener ses mains à son visage.

"Mais quel con p'tain ! M'v'la bien ! Putain ..."

Il avance finalement sa main droite vers la clef, qu'il enfonce dans le démarreur, pour finalement démarrer et quitter le bien familiale.
S'en suit une longue route, qui finalement, n'est pas désirée.


Le seul point positif, c'est Ashling. Et encore. Renan roule vers un avenir encore approximatif. Sauf qu'il a oublié, que sa ville d'origine, lui demandera encore de ses nouvelles.





Dernière édition par Colin Mercer | Harold le Ven 06 Mar 2015, 08:53, édité 5 fois (Raison : MAJ - 06/03/2015.)



"Un RP se veut d’être unique via notre imagination !
Tomber dans la banalité d'un RP type sans chercher à en sortir n'a pas d’intérêt !"




avatar
Administrateur
Administrateur
Date d'inscription : 29/10/2012
Messages : 5848

Informations InGame
Prénom_Nom: Colin_Mercer
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Renan Farrens - Bullshits.

le Sam 03 Jan 2015, 05:21

Premier chapitre : "Départ et cendres".



"Un RP se veut d’être unique via notre imagination !
Tomber dans la banalité d'un RP type sans chercher à en sortir n'a pas d’intérêt !"




avatar
Administrateur
Administrateur
Date d'inscription : 29/10/2012
Messages : 5848

Informations InGame
Prénom_Nom: Colin_Mercer
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Renan Farrens - Bullshits.

le Mer 21 Jan 2015, 01:23

Second chapitre : "Dure vérité."



"Un RP se veut d’être unique via notre imagination !
Tomber dans la banalité d'un RP type sans chercher à en sortir n'a pas d’intérêt !"




avatar
Membre 2
Membre 2
Date d'inscription : 09/12/2013
Messages : 933
Age : 22
Localisation : Chez moi --'

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Renan Farrens - Bullshits.

le Jeu 22 Jan 2015, 12:41
C'est du lourd quoi. Continue. On attend la suite.


avatar
Administrateur
Administrateur
Date d'inscription : 29/10/2012
Messages : 5848

Informations InGame
Prénom_Nom: Colin_Mercer
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Renan Farrens - Bullshits.

le Ven 06 Mar 2015, 08:52

Merci à toi :)

Troisième et quatrième chapitres : "Jugement" et "Nouveau départ".



"Un RP se veut d’être unique via notre imagination !
Tomber dans la banalité d'un RP type sans chercher à en sortir n'a pas d’intérêt !"




avatar
Membre 4
Membre 4
Date d'inscription : 18/11/2012
Messages : 3597
Age : 20
Localisation : Verizon Center

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Renan Farrens - Bullshits.

le Ven 06 Mar 2015, 12:31
Sympa cette suite. Ok, on en parlera !


Contenu sponsorisé

Re: Renan Farrens - Bullshits.

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum