Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Leader Staff
Leader Staff
Date d'inscription : 23/08/2011
Messages : 4340
Age : 20
Localisation : Nul part et sûrement ailleurs

Informations InGame
Prénom_Nom: Jason Hawks
Voir le profil de l'utilisateur

Jack Olsen - Amnesia

le Mar 18 Nov 2014, 22:36







Ca vous est déjà arrivé d'essayer de vous rappeler d'un rêve ? Oui... Forcément... Mais est ce que ça vous est déjà arrivé de vous vous en souvenir réellement... Non ? Si ?

Si c'est la première proposition, sachez que c'est complètement normal, et d'ailleurs j'suis bien sur que les ch'tits con en blouse à lunettes ayant une calculatrice à la place de la gueule, ou plus souvent appelés médecins, vous dirons que c'est purement normal.
Si c'est la deuxième option, et bah putain je vous envie....

Et sachez que l'histoire que je vais vous raconter n'a absolument rien à voir avec ce que je viens de dire précedemment. Mais sachant qu'il me fallait une phrase d'amorçe autant commencer comme ça.

Enfaite, j'ai dis que ça n'avait rien à voir, mais un peu quand même, sinon je ne l'aurais absolument pas dis. Si je dis des trucs que j'aurais pas du dire, parce qu'ils servent à rien dans le contexte, autant pas les dire. Bref, vous avez compris... Non ? La dernière phrase ne veux rien dire ? Tant pis, de toute façon on dira que je vous emmerde et c'est tout.

Alors je parle, je parle... Mais bordel, je suis qui ? Mon nom... Enfin, d'après les médecins, mon nom est Jack Olsen. Enfin, je le savais hein... A peu prêt. Alors qui suis-je ? La question est pertinante... Mais je dois avouer que je n'en ai pas la moindre idée... Enfin, au plus profond de moi si.

Alors vous vous dites: "Pourquoi il parle pour rien dire, et pourquoi son nom est donné par des médecins ?"... Non. Je ne suis pas fou. Et non, ces médecins ne sont pas des mecs qui travaillent en asile. En réalité, j'ai eu un accident de voiture, et je sors d'un coma... Un long coma de ce qu'on m'a dit. M'enfin, tout est relatif. Y a long... Et long. Et malheureusement pour moi, je suis amnésique. J'ai déjà la chance d'être vivant vous me direz... Je m'y attendais un peu, parce que je me souviens de certains truc quand même, comme ce truc là, super bien, qui fait que je suis un putain de chanceux... On pourra dire que sur ce coup là, j'ai été à moitié chanceux...






Réveil:

- Vous croyez qu'il nous entend là ?
- Laissez le se réveiller. Il a l'air encore faible.
- J'crois qu'il ouvre les yeux... Regardez !
- Jack... Jack ? Jack, est ce que vous êtes avec nous.


Ce sont les premiers mots que j'ai entendu lors de mon réveil... J'ai eu l'impression d'avoir fait un bond dans le temps. D'un côté, je me souviens d'avoir fait une connerie au volant... Je ne sais pas du tout quoi, j'ai fermé les yeux. Je les ai réouverts, on me parlait comme si j'étais un putain de gamin de 5 ans, ou alors d'un type souffrant de déficience mentale.

Mais quand j'ai ouvert les yeux, ce n'est pas ça qui m'a choqué le plus. C'est que j'avais beau regarder le médecin qui me parlait, et le civil à côté de moi, surtout lui enfaite...Impossible de me souvenir de qui il était. Il y était apparemment préparé.

"BORDEL De merde mais t'es qui toi ! Et qu'est ce que je fou là ! Et toi avec tes hublots en lunettes, t'es qui !"

Personne n'a réagi bizarrement... Sauf que je passais pour un gros con. Genre le gars qui se réveil après un an de coma et qui parle comme ça... Aaah ça donne envie de faire médecin, ça ne fait pas de doute ! Putain ! Mais t'imagine si c'était ma mère au lieu du type, à côté de moi !

Bref... Le réveil c'est "plutôt bien passé" d'après mon hypotétique ami. Je te laisse imaginer quand ça se passe mal.

Finalement, j'étais réveillé... Au bout d'un an. Sauf que le peu de mémoire qui me restait, c'était... Pas grand chose finalement...
On m'a fait sortir au bout de quelques temps, je ne sais pas, je n'ai pas compté. Pendant ce temps là, mon ami qui s'appelait Ray m'a expliqué. Je suis apparamment un mec qui travail en temps que mécano... Paye ton comble... Un mécano qui se plante en voiture. Mais bon. Et d'après lui, je pouvais plus bosser en temps que mécano maintenant. Bah voila... J'vais m'toucher pendant que l'Etat va s'occuper tranquillement de moi ? C'est ça ? Putain le jour où l'Etat s'occupera de nous, ce sera la fête mec !

J'ai réussi, enfin ! J'ai réussi à rentrer chez moi... La maison. J'en ai de bref souvenirs. Ca fait quand même une sacrée baraque pour un mécano... Hey ! Qui sait ! J'étais peut être un délinquant qui travaillait au black et tout ! Un Racer comme ils appellent ça M'ahaha !

Ray:

Si j'devais faire une petite pause là, ce serait pour parler de Ray. Ce que je vais faire tout de suite d'ailleurs.

Ray... C'est mon meilleur ami. Jour après jour, j'en apprenais, ou plutôt réapprenais sur lui. Même si des souvenirs restaient présents. Il fait un travail spécial, il m'a dit que ce n'était pas la peine de m'expliquer que "de toute façon j'en aurais rien à foutre et que je comprendrais pas". Il a sans doute raison. C'est un mec balèze tu vois. Un peu comme moi. Jeune et vigoureux... Un peu comme moi. Issue d'une famille de classe moyenne... Un peu comme moi. Mais qui est quand même bien plus sérieux que moi.... Ouai parce que moi j'aurais tendance à t'en foutre plein la gueule si tu commence à chercher à m'emmerder.

Il est calme, posé. Le monde s'écroulerait sur sa tête que ça l'ébranlerais même pas ce p'tit con. On a tout les deux 27 ans. On a toute la vie devant nous Eeeeeeeeh ! C'est pas fantastique ?!

Bref, je suis peut être amnésique, mais je sais que si j'ai un problème, je pourrais compter sur lui. Enfaite, c'est presque comme un frère pour moi ce gars.
Plus les jours passaient, et plus j'arrivais à le cerner. On va dire qu'en deux semaines, j'ai réussis à récupérer le temps perdu avec lui. On se défonçait dans les bars, tout ça tu vois... La belle vie quoi.
Parfois il partait, d'un air sérieux et strict... Putain ça faisait à la fois flipper, mais je comprenais bizarrement, je ne savais pas pourquoi. Au fond, je devais surement savoir où il allait...

Bref, au bout de ces deux semaines de cuites intensives, il était temps de revenir quand même à une autre réalité de la vie.

Etrange personnage.:

Un beau matin d'hiver... Ca m'avait manqué tu sais. C'est con qu'il ne neige pas à Los Angeles.
Je suis sortie de mon lit difficilement. Faut dire que la veille avait été difficile. J'étais seul. Oui, non, mais faut préciser, parce que les jours précédent, c'était pas toujours le cas... Une fille, une autre, une troisième, une jeune, une vieille, une blonde, une brune, et peut être même ta mère qui sait !

M'enfin bref... J'suis sortie de ce lit, j'ai descendu les escaliers sans accident. Faut préciser aussi ça, on ne sait jamais.

Je suis entré dans la cuisine, j'ai pris la cafetière... Tu me dira que c'est une matinée normale quoi... J'ai foutue du café partout, normal, j'ai cassé une tasse, normal, j'ai passé la serpillère et tout, enfin normal quoi ! C'est normal chez Jack' mec... Autant j'ai de la chance, autant le matin à 9h00 d'un lendemain de fête qui c'est fini à 5h00, faut pas trop la pousser non plus.

Je me suis assis dans le salon... Tranquille... Réfléchissant au sens de ma chienne de vie, mon accident... Toujours aucun souvenirs... la télé à bas volume accompagnait ma reflexion. Je me suis levé, j'ai pris un donut. Putain, le goût du donut, ça je n'avais pas oublié !
Je me suis mis à la fenêtre. J'ai regardé la fenêtre, je regardais ma tête surtout... Putain c'te tête. J'suis resté quand même planté là comme un con, avec ma tasse en main devant mes lèvres sans boire bordel, en bouffant un donut avec des yeux cernés, rouges, et un regard ébêté, les cheveux en bataille ! Devant une fenêtre bordel ! Non mais paye ton charisme ! Un passant m'aurait vue que ça aurait fait pareil...
Pas de passant, j'avais de la chance... Mais cette fille... Là... De l'autre côté de la rue. Qui fixait la maison. Une jolie blonde, les cheveux un peu bouclé. Très belle femme putain... Si j'pouvais je... OUAI M'enfin bref je m'égare. Une belle femme, devant chez moi, entrain de fixer la maison comme si c'était la maison de Satan... Putain j'suis peut être Satan ! Ca expliquerais pourquoi j'suis aussi peu charmant et raffiné d'ailleurs.
Qu'est ce qu'elle foutait là... La question existentielle que toutes personnes censées dans ce monde se serait posé... J'ai posé ma tasse, puis je suis sortie de la maison. "La prochaine fois je prendrais un blouson" que je me disais. J'avais pas l'air con torse nue en plein de mois de Novembre remarque.

Elle évitait mon regard. Je la fixais assez lourdement, intrigué. Elle m'a vue approché. A peine eut-elle le temps de tenter de s'échapper que j'étais à côté d'elle.
J'ai regardé la maison. Fixement. Regardant temps en temps son regard à elle regardant la maison. Mon regard regardait son regard regardant la maison. Essaye de le dire vite ça pour voir ?
Bref. J'ai eu l'impression que ce moment durait une éternité. J'ai fini par rompre le silence en prenant mon putain d'air moqueur et ironique à souhait:

"- Ouai j'sais... Elle a du potentiel cette maison. Mais t'savais que le mec qui habite dedans a encore plus de potentiel ? Et lui pas besoin de le payer pour qu'il te le montre tu vois...
- Je vois surtout que t'es toujours aussi raffiné Jack
- Ah ça on me l'a déjà dit et..."


Mes yeux se sont grands ouverts... J'avoue que j'étais surpris. Et j'crois bien que ma petite réflexion était pas l'idée du siècle d'ailleurs...

"- On... On se connait ?
- Jack...
- Mmmh... Ma femme ? Mon ex surement ? Une femme aussi charmante, c'est pas possible que je passe à côté de ça... J'en ai plein apparemment... Des ex hein... Pas des femmes. Bref, j'espère que je t'ai pas mis enceinte et tout parce que...
- Jack ! Je suis ta soeur !
- Dommage... Enfin, non non mais..."


Ouai je sais... Faut vraiment que j'apprenne à fermer ma gueule parfois.





Introduction:

Souviens toi. On m'a dit que j'étais un mécanicien, un honnête citoyen, un tant soit peu bagarreur et impulsif. Bref, bon, ouai d'accord, ça arrive à tout le monde tu me dira.
Alors je recommence ma vie tranquille, tout va bien tranquille, je suis peinard, posé. Je reprend les choses en mains au bout de deux semaines de retour à la réalité. Et là ! LE CHOC bordel ! Le "J'suis ta soeur" qui te casse complètement tout. Tu croyais que t'étais réellement revenu à cette foutue réalité, et t'apprends encore des choses.

J'ai une soeur. Voila... Et dès qu'elle me l'a dit bizarrement, c'est vrai que pas mal de souvenirs ont réussis à remonter.
Mais cette soeur allait perturber l'ensemble de ce que je croyait savoir.

Tina:

"Jack ! Je suis ta soeur !"

A ce moment, soit j'ai pas tilté, soit j'ai complètement disjoncter. Et puis la minute d'après ça m'est revenu. En effet... J'avais bien une soeur. D'ailleurs, c'est con à dire, mais lors de ces 2 dernières semaines j'avais déjà vue sa tête... Ouai normal Y A DES PHOTOS ! Dans la maison ! Bordel ! Et j'ai pas réagi... Bon faut dire que j'avais énormément de mal à me réveiller. Non mais tu t'imagines le truc mec ? Tu te réveil, un matin, encore à moitié défoncé en faisant de la merde dans ta cuisine torse nue... Et là PAN, on te dis: " Hey salut mec, j'sais que tu te réveil, que t'es perché, mais j'suis ta soeur. " YOLO comme dirait les jeunes. J'ai l'impression d'être vieux en disant cette phrase...

Bref. Tina... C'était son prénom. J'ai réussis à m'en souvenir quand elle m'a donné la première syllabe du nom... Autant dire la moitié du nom enfaite.
On a discuté toute la journée, de qui elle était, ce qu'elle faisait. Une putain de médecin. Ca expliquerait surement pourquoi je vis dans une jolie maison. Elle avait 30 ans, soit trois ans de plus que moi. Marié à ce que j'ai compris, mais pas d'enfant. Merci Dieu pour ce cadeau d'ailleurs. Je me vois mal m'occuper d'un neveu.
Elle habitait au quartier d'à côté, donc pas trop loin on va dire. Alors, j'ai eu cette soudaine question, tellement logique. Pourquoi n'est t-elle pas venue me voir avant ?
Tout au long de la journée, elle semblait perturbée, perplexe... Comme si elle savait quelque chose que moi je ne savais pas, mais qu'il fallait mieux pas que je sache. Tu vois le genre ? Evidemment, elle n'a pas répondu à ma fameuse question.

Le soir est très vite arrivé. On a passé une journée entière à conversé. Journée de malade ! J'avais la dalle moi. Eeeh ouai, apprendre des trucs, mine de rien, ça donne faim. Je me suis dis que pour fêter ces jolies retrouvailles, j'allais appeler Ray. Quand je lui ai dit, j'ai bien sentis qu'elle en avait pas réellement l'envie quoi...

Je n'ai rien dit à Ray. Enfin, quand je l'ai appelé, je ne lui ai pas dit que ma soeur était à la maison. Par contre, je lui ai bien précisé de prendre deux grandes pizza ! Ouai attend, hey, faut pas déconner non plus.
Puis il est arrivé. "Jack, j'ai tes pizzas, et allume ta télé, on va se mater un film, ça nous changera" qu'il criait dans la maison, avant d'arriver à la cuisine. Ah il était enthousiaste c'est sûr... Il l'était soudain beaucoup moins quand il a vue ma soeur. J'ai jamais vue quelqu'un changer d'humeur aussi rapidement de toute ma vie... Ou alors si, mais je m'en souviens pas.

On me cachait quelque chose enfaite... Et là... Ca devenait assez flippant.

Secret:

On a bel et bien diner tous ensemble ce soir là. Nous trois. Mais je te laisse imaginer l'ambiance de folie qu'il y avait autour de cette table. Pas un mot... Pas un bruit. Ray et Tina se regardaient comme si ils s'étaient détestés toute leur vie, même voir leur vie antérieur, et peut être même celle d'avant.
Je n'ai rien osé demandé pendant le repas, et comment j'aurais pu... Un regard aussi froid que celui de Ray. Ca en faisait trembler Tina, qui continuait de le fixer.

Et c'est là que j'ai compris que Ray semblait pas être l'homme que je connaissais finalement.

Tina me lançait des regards remplie d'inquiétude, de peur et de dégoût... Je ne sais absolument pas pourquoi.

Et c'est là que j'ai compris que j'étais surement plus qu'un mécanicien dans la vie finalement.

Bref, tu me connais, toujours subtile dans des situations subtiles... Très habile de ma part de dire:
"Bon j'veux pas casser l'ambiance... Mmh... Mais j'aimerais bien savoir ce qu'il se passe enfaite..."

Ouai d'accord... Alors ouai j'ai dis "casser l'ambiance" dans cette situation. Et ouai c'était de la merde de tenter de parler. Ils m'ont fixé tout les deux... Bordel, mais si ils avaient pu se jeter sur moi pour me tuer ils l'auraient fait ces cons ! Mais j'dois avouer que ça m'a aussi très vite prit la tête. Et alors j'ai décidé d'agir... J'ai fixé Ray du même regard qu'il me fixait depuis le début.
Tina c'est barrée... Elle aurait pu le faire en courant que ça aurait été mieux tu sais.
On est bien resté... Un sacré moment comme ça. A se fixer. Et il semblait satisfait de la situation.

"- Toujours ce même regard de tueur...
- Toi aussi t'a de beaux yeux Ray..."


Il c'est levé, il est partit.

Bon cette fois c'est sur, il y a vraiment quelque chose qu'on me cache.




Introduction:

Alors que faire dans ce genre de situation ? Quand tu sens qu'on se fou royalement de ta gueule. Hein ? Ton pote te dis rien, et ta soeur t'envoies légèrement baladé, peur que t'apprenne un truc. Et bah ce qui se passe, c'est ce qu'il doit se passer. Dans la logique des choses, et me connaissant, il fallait bien enquêter. Et l'enquête allait être rapide. Une histoire bouleversante... Putain dit comme ça, ça fait film émotion...

Enquête:

L'histoire n'a commencé que le lendemain matin. J'étais seul chez moi. Tina était surement repartie chez elle, et Ray, j'en sais rien... De toute manière, t'a beau chercher, tu ne sais jamais où il est.
Je me suis mis à fouiller la maison de fond en comble... En mettant du gros son bien fort à en faire trembler les murs ! M'ahaha ! Bref...

J'ai fouillé la chambre, puis la chambre d'ami. Impossible de mettre la main sur quoi que ce soit. Mis à part de vieille photo. Evidemment, Ray n'apparaît nul part.
Et j'ai passé la journée entière à faire ça. Dans le vent, à chercher du vide. Je ne savais même pas ce que je cherchais. Mais je sais que je le cherchais.

Imagine ma surprise quand, au fond d'un tiroir, j'ai trouvé un objet assez particulier. Tu vois, le genre d'objet qui fait mal. Ouai ouai, un flingue ouai. Avec un chargeur. Manquait plus qu'à savoir où était les balles. Tu me dira, non, ça ne m'étonnait pas vraiment de moi de trouver un flingue chez moi.
En revanche, ce qui m'a légèrement plus intrigué, c'est cette caisse... Caché là... Sous l'établie dans le garage.
L'ouvrir était peut être pas une super idée. Enfin, si... Mais non.
Des photos de gars, et tout, des dossiers, que je ne savais pas ce que ça foutait là. Une grande partie des photos étaient soit déchirés, soit marqué aux feutres... Ooooh okay, j'en avais assez vue, et j'avais pas trop envie de connaitre la suite moi même.

En tout cas, une chose était bel et bien sur, j'étais réellement, mais alors pas du tout, mécano...

Renouveau:

Je réfléchissais sur ma condition actuel, assis sur le canapé... Toujours avec cette musique à fond et la télé d'allumer. Et bordel, il faisait putain de froid dans cette maison d'ailleurs.

Je cogitais là, tranquille, avec une putain d'arme à la main. Je ne savais pas pourquoi j'avais gardé l'arme. C'était comme... Instinctif enfaite. Enfaite j'aimais bien tenir ce flingue. Je m'amusais avec... Visé, charger, décharger. C'était mécanique, et je faisais ça étrangement bien... Et bien vite, l'envie d'essayer de tirer m'est venu à l'esprit. Il fallait que je tir avec, c'était comme une pulsion incontrôlable.

Je suis descendu au sous sol. J'avais pris des morceau de bois, et de feuille en papier. M'ouai bon, j'avoue, c'était très "fait maison" comme cible, mais ça allait bien suffire à faire ce que j'avais à faire.
J'avais descendu la sono au sous sol. Et dans la vieille caisse, j'avais trouver pas mal de chargeurs finalement. Je savais pas ce que je foutais avec un flingue, des chargeurs, et des photos de mec, mais bordel, je savais que j'allais m'éclater à tirer sur une cible plutôt de comprendre ce qu'il se passait avant mon accident. C'est fantastique hein ? Tu le sens bien le mec qui s'en bat complètement de sa situation.

Les cibles était entreposé comme ça... Le son de la sono bien à fond. Et moi j'étais de l'autre côté de la pièce, en position, à charger, et à viser... Et j'ai tiré le chargeur entier. T'imagine pas la sensation de puissance que j'ai soudain ressentie en tirant sur ces cibles. Juste sur des cibles. L'effervescence... Entre le son qui sortait de la sono, la sensation de puissance, d'amusement. J'étais juste comme... Ressuscité. Rien à voir avec les soirées où on se bourre la gueule et où on se tape des meufs non. Là, le flingue en main, m'apportait plus de plaisir en shootant des cibles que tout le reste.

Il devait rester trois chargeur... Je m'amusais même à faire des dessins en tirant. C'était mécanique ces tirs... J'ai du faire ça toute ma vie. Faut vraiment croire que j'avais fait ça toute ma vie.
Arrivé au troisième chargeur, le mouvement s'accélérais... Le temps de retirer le chargeur, de sortir l'autre, de le mettre, de charger et de tirer une balle en plein centre de la cible... Ce temps était infime. Et plus ça allait, plus je ressentais cette sensation de puissance.
Je rigolais, j'étais satisfait de mon action sur ce coup là, puis je me suis retourné...

Qui aurait cru que pendant cette scène... Derrière moi... Tina était là... Et pas la peine de dire qu'elle éprouvait pas tout à fait le même sentiment que moi.

Découverte:

"Tu fou quoi ? Tu l'a trouvé où ? Pose le ! Pose le"

C'est les premiers mots qu'elle m'ai dit. Elle était complètement apeurée, paniquée. Elle avait l'impression de revivre des scènes qu'elle aurait préféré ne pas revivre.
Elle voulait que je pose mon arme, et moi je voulais pas. Et c'est là que c'est enchaîné une dispute assez violente. Oh pas de panique, j'ai pas pointé l'arme sur elle. J'suis pas taré à ce point non plus.

"On répète la même dispute qu'il y a 7 ans. Et dire que t'avais une nouvelle chance pour refaire ta vie... Essaye de ne pas la gâcher."

Et à ces mots, elle est partie. Merci...

"- Aaah ouai merci ! Mais merci aussi de me dire la vie que j'ai eu, parce que j'ai encore du mal à cerner !
- Quoi ? Avec tout ce que t'a vue, ça t'a pas permit de comprendre encore ?"
Que me disais Ray qui était assis comme un putain de patron sur le fauteuil avec sa cigarette.
"- Non... Mais toi je sens que tu va me le dire...
- Un flingue au milieu de photo et de dossier... Ca devrait quand même bien te mettre sur la voie."


Je le savais... Je le savais au moment ou j'ai trouvé cette putain de caisse tu me dira. Juste que ça paraissait tellement incroyable et... Pas trop trop légal enfaite... Non. Je refusais bel et bien d'admettre ce que je savais déjà.

- Allez, j'suis énervé là ! Evite moi les devinettes à la con et dis le !
- A ton avis connard... Tu crois vraiment que t'a eu un accident de voiture parce que tu sais pas conduire ? T'es un tueur mec... Et c'est pas une image hein... T'es vraiment un tueur....
- Bordel de merde !"


Oui c'est ce que j'ai dis oui... Bah quoi ! Ca parait crédible non ?

Choix:

Et c'est là, à ce moment crucial, qu'il fallait faire un choix. D'un côté, j'avais Ray qui me racontait tout ce qu'on a vécu... Et qui me raconterait ce qui c'est passé le jour de mon accident si j'acceptais de reprendre ce foutue boulot.
De l'autre côté, j'avais Tina qui voulait pas trop me voir, et qui voudrait surement plus jamais me voir si j'acceptais ce boulot.
Alors je fais quoi ? J'apprends que je suis un ancien tueur à gage, dont le dernier boulot a plutôt foiré je pense, et qui maintenant doit faire le choix le plus merdique au monde.
Tu rajoute à ça la pression moral que la nouvelle t'apprend... Toi tu fais quoi dans ces conditions ? Ah toi tu pète un plomb ? Ah bon ? Ah bah c'est super, ça m'a fait exactement le même effet.

Faut que je réfléchisse... Que je lui disais. J'ai réussis à lui répéter ça pendant prêt d'une semaine.
Pendant une semaine, j'ai tenté de fuir la réalité que j'ai tenté de réintégrer. J'aurais jamais dû faire cette enquête à la con aussi.
La prochaine fois, je me contenterais de ramasser l'argent que l'Etat me file pour mon assistance et.... Et non... Mais attend ! Si j'suis pas mécano, j'ai pas de taff réel... Si j'ai pas de taff réel, je devrais même pas avoir d'aide social comme j'ai. Enfin, pas comme ça quoi... Putain ! Mais c'est qui qui me file de la thune tout les mois du coup ?
Tu vois ? La nouvelle question que je me posais. Et soudainement, y a beaucoup d'autre questions qui sont apparue... Et d'un autre côté, j'avais la sensation que ma place était ni derrière un bureau, ni nul part. Et que finalement, je préférais utiliser un flingue plutôt que de me bourrer la gueule.

Longue réflexion philosophique de cette semaine de réflexion intense à me bourrer dans le premier bar que je voyais. Et c'est finalement à la sortie d'un bar que ma réponse était devenue plus qu'évidente, même, d'après ce que j'ai dis, elle semblait déjà toute dite.

Réalité:

A tout les bars qu'on voyait, t'avais toujours deux trois connard, prêt à t'attendre à la sortie pour te racketter. Fallait être un peu plus malin qu'eux d'ailleurs.

Eh bah moi dans toute ma délicatesse, j'ai pas été malin ce soir là. En effet... Je sortais plutôt bien atteint d'un bar. Bon, je marchais encore correctement, et j'avais encore pas mal de réflexe. J'avais encore une bouteille de bière à la main, presque vide.
C'est là que j'ai rencontré ces trois abrutis. Des connards, des petites putes, incapable de se la jouer seul tu vois...

Ils se sont mis autour de moi tu vois, le schéma classique du racket classique d'un groupe classique de jeune délinquants classiques... Même si y en a un qui devait être aussi âgé que... Je sais pas... Mon père ? J'ai un père moi ?
Bref. Il était là, tout content, grand sourire au lèvre, à me fixer, c't'espèce de vieux con là.

"Dit voir petit, t'aurais pas un de monnaie à me... "Donner gentiment""

Bon ok. Délicatesse et réponse adéquate à la situation... 3...2...1...

"Ca dépend... j'ai le droit à quoi pour 200$ ? La totale j'espère."

Réaction attendue de l'homme... Ca lui a fait retirer ce PUTAIN de sourire à la con. Et c'est là que j'ai compris que les emmerdes allait commencer.

"Faites gaffe, le premier je lui casse c'te bouteille sur la tête, le deuxième je l'égorge !"

A peine la phrase terminé, les deux jeunes derrière se jetaient sur moi. J'ai pris la bouteille de bière fermement, me retournant en élançant mon bras. Et vue qu'un jeune c'est toujours un peu con à courir tête baissé, bah la tête à violemment taper la bouteille.... Ou l'inverse, c'est toi qui vois.
Le petit est tombé net au sol. Impossible de se relever. Pendant ce temps, le deuxième a chargé en essayant de me plaquer au sol. Et c'est là que j'ai sentie mes forces bien diminué avec l'alcool. J'étais là, au sol, à me faire enchaîner de coup par ce gosse. Il me restait pas grand chose comme option, si ce n'était que de trouver une solution assez rapidement.
Et je me suis souvenu. J'ai sentie qu'il était là. J'ai réussis à l'attraper... Et un coup de feu. Ouai, j'avais attraper mon flingue. J'ai tiré à l'aveugle, le gosse est tombé à côté, il criait à l'agonie. Je sais pas ou j'avais touché, mais ça avait l'air assez bien placé.

Le vieux était là... Et alors qu'il s'approchait quand je prenais des coups, il c'est figé quand je me suis relevé... Tremblant de peur. Là il avait compris qui c'était le patron.
La rage et le sentiment de puissance que j'avais soudainement... Putain, ça avait pas de prix. A peine que le vieux ait eu le temps de crier qu'une balle lui avait déjà éclaté le crâne. J'ai fais demi-tour, comme si de rien n'était, tellement ma rage était grande. En passant devant le gosse au sol, j'ai tiré une balle. Le coup de feu était le dernier bruit qui résonnait dans cette ruelle...

Et c'est là que j'ai compris que des connards comme ça, c'est kiffant de pouvoir les corriger. Et que ça l'est encore plus quand t'es payé à le faire. T'es pas convaincu ? Tu trouve que j'suis un monstre ? Peut être. Mais en tout cas, je suis payé à m'amuser au moins.

Pour la première fois en quasi deux mois, je revenais réellement à la réalité: Le monde est un lieu de pourries. Et être un pourri payé à buter d'autre pourris, c'est toujours mieux que de faire le gentil qui attend naïvement que les choses changent toutes seules.





Introduction:

"- N'espère pas me revoir
- Oooh attend ! J'sais pourquoi ça m'a pas préoccupé ton avis... Parce que je m'en bat les couilles !
- Tu te rends compte de comment tu parle ?
- Non... Du moins, j'pense pas. Mais au pire, c'est mon choix. Il est fait. Et si t'es pas d'accord, qu'il en soit ainsi. Si j'ai vécu avec pendant 7 ans, je devrais être capable de refaire ça.
- Tu ne mérite même plus que je t'appelle frère.
- Blablabla... Bon écoute, si tu veux voir le monde crever sans agir, c'est ton problème. Moi je suis payé pour agir. Alors maintenant soit gentille, et si tu veux partir, fait le maintenant. J'ai du travail."


Au moins, cette discussion aura eu le mérite d'être précise. Difficile à croire que parler à sa soeur comme ça soit possible. Et pourtant.

Et oui. Je suis redevenue ce que j'étais. Un tueur à gage. Pas de n'importe quel type non. Je m'occupe que des pourries. Les plus pourries des pourries. Toutes personnes qui passent par mon canon l'ont forcément mérité. Et Ray et moi, nous n'avons loupé aucun contrat. Aucun... Jusqu'à présent. Car celui qui a fait que j'ai eu cet accident, il est toujours d'actualité. Et cette fois-ci, j'espère bien le régler.

Au diable l'honnêteté et le bien tout ça là ! Ma soeur pense ce qu'elle veut. Pour le peu de temps qu'on passe sur cette terre, autant le rentabiliser. Repartons à la chasse.

Entrainement:

Et... Non... Non. Nous ne sommes pas repartit à la chasse tout de suite. Le contrat que moi et Ray avions était un gros contrat. Mais Ray ne voulait rien me dire de plus du moment que je n'étais pas prêt.
J'avais beau avoir gardé pas mal de réflexe, de mouvements, je n'étais pas prêt. J'avais perdu un peu partout. Il me fallait de l'entrainement. Et vue comme la cible a attendue un certain temps, elle pouvait bien attendre encore un peu.

Cet entrainement a duré prêt de deux mois. Deux mois pendant lesquels j'ai réappris à me battre au corps à corps, appris à tirer correctement, utiliser une arme correctement, conduire. Une sorte de rééducation au crime. Long, ennuyeux, mais nécessaire.
Les premiers jours, quand je voyais ce que Ray était capable de faire avec son flingue, je vois ce que moi je faisais à peut prêt à l'époque. Et ça faisait mal de voir que j'avais quand même beaucoup perdu.
Ca a été dur à admettre, mais pour ce qui est d'être un tueur, dans l'état où j'étais au début, j'étais qu'un "novice". Un petit qui n'aurait encore rien appris.
J'ai souvent abandonné. Me disant que de toute façon, je n'arriverais jamais au même niveau qu'avant. On aurait dit un vrai gosse. Le p'tit con bien chiant qui écoute rien quand on lui parle. Ca passe par une oreille, ça ressort direct par l'autre tu sais. Bah j'étais ça. Têtu, chiant, et très mauvais joueur quand Ray me mettait au défi.
C'est incroyable de se dire que Ray lui même me gueulait dessus. On aurait dit un prof qui fait chier le cancre de la classe.

Aaaah la la... Quel bon souvenirs...

Premier mois:

"- Tu te bats aussi bien qu'une fillette de trois ans bordel !
- Ferme là un peu.
- Jack ! Ca fait dix minutes que j'arrête l'ensemble de tes coups.
- Ah merci connard ! J'avais pas remarqué encore.
- Parle mieux, surtout parle moins, tape plus fort, et répartie un peu plus ton poids là, on dirait un pantin articulé.
- Ferme ta gueule putain !
- Oh monsieur le branleur, j'te donne des conseils !
- TA GUEULE !"


Le coup qui a suivie a plutôt été radical. On en était à trois semaines d'entrainement. Le coup était rapide, violent, et sacrément efficace.... Seulement si il était bien placé, ce qui n'était pas trop le cas.

Bon ok, ça lui faisait un nez de la taille de mon poing. Mais bordel, j'avais encore jamais donné un coup comme ça. Tout c'était basé sur une feinte. L'élancement du poing droit, avant de relâcher la force, ne le faisant passer alors que devant le visage... Il ne s'attendait pas vraiment que ce ne soit pas le poing droit qui soit utilisé, mais bien le gauche.

T'aurais vue le bond en arrière qu'il a fait. Ca à du lui faire drôle. D'un côté, il devait s'y attendre.

Eh ben tu vois quand tu veux... C'est bien beau la colère, encore faut-il savoir s'en servir.

Des vrais paroles d'un vieux sage. Au moins, je savais sur quoi je devais m'entraîner. Canaliser la colère. Cool, super... Non mais attend, j'ai une tête à pouvoir contrôler ça ? Honnêtement ? Non, mais ce con insistait.
De toute la semaine qui a suivie, il n'a fait que ça... M'énerver... Encore et toujours, dans le seul but de pouvoir mieux me calmer ensuite. Ca me semblait être l'idée la plus conne qui soit, mais comme un con j'ai laissé faire. Cette semaine a été atroce. Aussi bien pour moi que pour le mobilier tu me dira. J'ai du en casser la moitié. Ca allait coûter cher en rachats et réparations c'tes conneries.

Deuxième mois:

Un mois d'entrainement. Et le deuxième allait continuer sur la même lancée. Un entrainement aussi bien psychologique que physique et pratique. Et il savait bien que, dans tout les cas, je ne serais pas entièrement prêt à la fin.

Du tir à l'arme, au lancé de couteaux, en passant même par le tir à l'arc, et le combat au corps à corps, j'avais du mal à imaginer que j'allais devoir passer par la méditation. NON mais sérieusement, j'ai une tête à faire de la méditation ?

Ca te calmera. Qu'il disait. Il voulait me prouver qu'une personne calme était bien plus efficace qu'une personne énervé. Chose qui, de toute manière, je savais déjà en partie, et têtu comme je suis, refusais d'admettre. Alors que faire à part foutre tout en l'air et ne pas pouvoir avoir la possibilité de me venger du gars qui m'a mis hors de la route ? Parce que oui, ce qui contenait ma colère, c'était ce foutue mec. Je ne savais encore rien de l'histoire que je le détestais déjà.
Ce putain d'entrainement me rendait complètement taré. La méditation en carton, le fait de tirer à longueur de journée sur une cible. Mon sentiment de puissance s'épuisait proportionnellement au nombre de cibles que je transperçais. Tout ça, parce que ce n'était pas la vraie cible à atteindre.

On approchait de la fin du deuxième mois. J'en pouvais plus, j'avais envie d'en shooté un. Et si c'était personne d'accessible, je crois que même Ray aurait fait l'affaire. Le premier que je voyais, je lui tirais dessus putain. Et vue mon état de rage, je pense que je ne pouvais pas vraiment le louper... Parce que moi je pense que la colère est vachement utile en situation de bataille...

Erreur de jugement que Ray a tenté de me faire oublier pendant ce mois, et qu'il était bien résolu à me faire oublier à ce moment là.







Introduction:

"Toujours énervé ?
- C'est ton putain d'entrainement qui commence sérieusement à me tapper sur les nerfs.
- T'inquiète... Tu pourra bientôt te défouler.
- Ah ouai ? Sur qui ? Sur lui j'espère !
- Lui qui... Le mec qui t'a foutue dans le coma ?
- Ouai exactement ouai !
- T'es au courant que si t'es tombé dans le coma, c'est pas de sa faute, mais de la tienne ?
- Ah ouai ? Redis moi ça pour voir ?
- Jack... L'accident de voiture... C'est pas parce qu'il t'a dévié de la route... Tu t'y es dévié tout seul.
- J'aimerais bien savoir comment !
- Parce que t'étais exactement dans le même état qu'actuellement. Et que partit comme ça, tu va très vite refaire une erreur. Bon écoute... T'a besoin de te calmer, viens, je te raconte une histoire autour d'une bière.
- J'aurais hâte d'entendre ça.
- C'est l'histoire du jour de ton accident enfaite...
- Et tu veux me calmer comme ça ? Non mais tu te fou de ma gueule ?"

Pris au piège:

"C'était y a un an donc. On était prêt, on allait chez la cible. On était que deux, tout était censé bien se passer. Tout était prévu convenablement, on entrait chacun par une entrée. Un devant, un derrière. Il ne devait y avoir que deux trois mecs, pas plus.

Au moment d'arrivé sur les lieux, t'étais complètement déterminé à terminé ce contrat... En même temps, on était prêt à nous payer trois millions chacun avec un bonus d'un million si on arrivait à le rammener vivant au lieu de livraison. Ce mec vallait à lui seul six millions de dollars !
Comme à ton habitude, tu t'es équipé d'une arme de poing, d'un putain de couteau de chasse et de ton fameux fusil à pompe. C'était ton arme préféré ça, d'ailleurs, on l'a bien vue à l'entrainement.

On est arrivé sur les lieux. Il faisait nuit. On est tout les deux entrées dans la maison. Chacun par son côté. Aucun gardes, personne ni dedans, ni dehors. On avait tout fouillé, et, malgré nos craintes, le seul endroit non fouillé était la salle à manger. J'ai commencé à ouvrir la porte. Et avant même que j'ai fini de tourner la poignée, des balles fusaient de tout les côtés, transperçant la porte. On a jamais su combien ils étaient la dedans, et fallaient mieux pas le savoir. C'est à ce moment là que deux types sont entrées par la porte de devant.
Je me souviendrais toujours de ce visage. Un noir, une cicatrice sous l'oeil gauche caché par ses vieilles lunettes de soleil Rayban, les cheveux courts, avec son Magnum à la main. A côtés de lui, une femme, métisse, les cheveux bien bruns et bouclés, avec son grand regard froid et son flingue à la main.

On était prit de panique, il ne restait plus qu'à sortir par derrière. Ce mec visait bien. Et il rigolait aux éclats. On avait pas affaire à des gardes, mais à une vraie élite. A ton habitude, en reculant, tu tirais comme un taré. T'a quand même réussis à touché légèrement la fille, sans plus.

Et on est sortit, on courrait en direction des voitures. Et bizarrement, personne ne nous suivait. Il m'a fallu un temps de réaction avant de comprendre la situation.
En effet... J'ai juste eu le temps de t'appeler, tout en prenant la peine de continuer de courir en me baissant...

"Jack ! A terre ! A terre"

La seconde d'après, un coup de feu a retentit au loin. Je suis tombé au sol, me tenant l'épaule, criant de douleur, brisant alors le calme qui rêgnait dans cette foutue campagne. Si je n'avais pas tilté qu'il y avait un sniper, surement qu'il m'aurait tué, quoi qu'avec le peu de visibilité qu'il y avait, difficile à dire.

T'es revenu me chercher, en courrant, en me soulevant, pendant que le sniper tentait tant bien que mal de nous tirer dessus, et que les mecs dans la maisons faisaient de même. Toi et moi avec.
Je t'ai demandé de me poser à ma voiture. Et tu es remonté dans la tienne. Chacun de notre côté, nous avons redémarré nos moteurs, quand on a aperçu que notre cible tentait de prendre la fuite à bord de sa lamborghini, accompagné d'une femme.
Et la course poursuite c'est enclanché... T'étais fou de rage qu'on m'ai tiré dessus, et t'avais pas envie de le voir filer. Ce qui t'a perdu..."

Course poursuite:

"La course poursuite a duré longtemps... Je n'ai pas compté. Trente minutes, peut être plus. Trente minutes pendant lesquels les coups de feux s'échangeaient entre vos deux voitures, et celle qui arrivaient en soutien à la cible. Et moi, je n'étais que spectateur de tout ça, malgré quelques altercations avec l'une des voitures. Ma situation ne me permettait pas de t'aider.

Tu semblais tellement fou de rage, tu jouais avec ce mec comme si tu faisais du derbie, au milieu de la route. Le peu de civil qui passaient ont surement tous finie dans le fossé avec tes conneries.
Les coups de feux se multipliaient, mais les balles commençaient à manquer, et chacun des deux camps semblait diminuer la fréquence des tirs, jouant alors à foncer dans l'autre, dans l'espoir que l'un perde le contrôle. Le seul petit problème, c'est que dans ta colère, tu n'a pas analyser que la cible conduisait bien mieux que toi tu ne conduiras jamais.

On arrivait à pleine vitesse chevauchant les deux voies de circulations. Et pendant que les coups de feux retentissait, la voiture visé donnait un coup à l'adversaire pour déstabiliser le tireur. Ca a marché un temps, et vous vous êtes retrouvé en duel, chacun roulant à côté de l'autre, les deux véhichules se touchant, jusqu'au moment où un camion était face à vous. J'arrivais à entendre le grisement des freins tellement que chacun de vous deux y allait fort pour couper le duel, afin de pouvoir éviter le camion. Et chacun d'entre vous c'est retrouvé de part et d'autre du camion, roulant en sens inverse.

Et tu vois... A ce moment là... C'est là que ta colère t'a fait échoué. Si cette scène a duré plus de 5 secondes, c'est le bout du monde... Une fois le camion passé, et le champ libre, toi, et la femme assise à côté de la cible, vous avez sortit votre bras, arme à la main. Et tu me connais... Un sens de l'observation infini.
Effectivement, t'étais furieux, et ça, ça t'a valu le fait que t'es sortis le bras en premier, et tiré en premier. Qui aurait pu croire à ce moment là, toi, entrainé depuis 6 ans, avec une chance phénoménal, tu arrive à loupé ton tir. La colère t'a dominé Jack... Tu n'a pas été rapide... Tu a été trop rapide.
Inutile de préciser la suite... Elle... Elle ne t'a pas loupé, si ce n'est qu'elle aurait pu te tuer sur le coup.
Le tir que tu a reçu t'a dévié de la voie, tu es partis droit hors de la chaussée, à pleine vitesse. Quand je me suis arrêté à côté de toi, j'ai vraiment cru qu'elle t'avait tué. Je n'y croyais plus du tout. Et pourtant... tu respirais encore. Et c'est là que j'ai réalisé à quelle point tes prédictions sur ta chance étaient réellement fondées."

Transition:

"Alors c'est pour ça que tu me conseil de garder mon calme c'est ça ?
- J'ai pas envie de te voir mourir pour une connerie comme ça. Je pense que ça devrait te servir de leçon. Réfléchies-y bien.
- Et maintenant ? On fait quoi ?
- T'es peut être pas complètement prêt... Mais on a plus le temps. Les choses ont bien changés en un an. Et t'apprendra surement mieux sur le terrain. On retourne à la chasse.
- Ouai cool... Mais j'aimerais quand même bien savoir qui est ce connard finalement.
- Ouai. Le voila. "


Sacré Ray, dans son professionnalisme le plus complet tu vois. Avec sa cigarette, ses lunettes de soleil et son long manteau noir. Le vrai pro. Il a tiré sur sa cigarette après ses mots, sortant une photo plié de sa poche. Il l'a déplié, la jetant sur la table, tout en recrachant sa fumée, reprenant alors sa bière et buvant une gorgée.

" Et c'est qui ?"

Il reposa sa bière sereinement, un léger sourire en coin.

"Le connard qui vaut six millions. Damian Jones."

Je l'ai regardé longuement, il fumait sa cigarette, me fixant d'un air sérieux, attendant ma réponse.

"C'est d'accord. On va se le faire. On s'y met quand ?
- Quand j'aurais réunis l'équipe nécessaire. Hors de question d'y retourner à deux. J'espère que t'aime le travail d'équipe avec des gens complètement dérangés...
- Oh je sens que je vais adorer ça..."


Dernière édition par Jason Hawks le Lun 13 Juil 2015, 01:19, édité 8 fois
avatar
Leader Staff
Leader Staff
Date d'inscription : 23/08/2011
Messages : 4340
Age : 20
Localisation : Nul part et sûrement ailleurs

Informations InGame
Prénom_Nom: Jason Hawks
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Mar 18 Nov 2014, 22:36
Et pour la question: Non je ne jouerais pas ce perso IG. C'est juste qu'il a des impacts sur des trucs et touuuut.
avatar
Leader Staff
Leader Staff
Date d'inscription : 23/08/2011
Messages : 4340
Age : 20
Localisation : Nul part et sûrement ailleurs

Informations InGame
Prénom_Nom: Jason Hawks
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Mer 19 Nov 2014, 21:58
Ajout des trois premiers... J'allais dire chapitre mais non. AU PIRE vous appelez ça comme vous voulez.
avatar
Membre 3
Membre 3
Date d'inscription : 15/12/2012
Messages : 1414
Age : 22

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Jeu 20 Nov 2014, 02:00
Sympa comme background. Revieeeeeens le vendu!
avatar
Membre 5
Membre 5
Date d'inscription : 27/06/2013
Messages : 4194
Age : 55
Localisation : Juste à côté.

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Jeu 20 Nov 2014, 06:35
Bien joué mdrr j'ai kiffé.


"C'est quand un moustique se pose sur nos testicules qu'on comprend que la violence ne résout pas tout "
Bendo na bendo:
Date d'inscription : 27/08/2014
Messages : 8
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Jeu 20 Nov 2014, 08:16
Sympa.
avatar
Membre 3
Membre 3
Date d'inscription : 21/07/2013
Messages : 1387
Age : 20
Localisation : West Indies

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Sam 22 Nov 2014, 13:39
MDR j'ai trop golri x)
avatar
Leader Staff
Leader Staff
Date d'inscription : 23/08/2011
Messages : 4340
Age : 20
Localisation : Nul part et sûrement ailleurs

Informations InGame
Prénom_Nom: Jason Hawks
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Sam 22 Nov 2014, 19:44
Ajout du chapitre 2
avatar
Leader Staff
Leader Staff
Date d'inscription : 23/08/2011
Messages : 4340
Age : 20
Localisation : Nul part et sûrement ailleurs

Informations InGame
Prénom_Nom: Jason Hawks
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Mer 03 Déc 2014, 20:19
Ajout du Chapitre 3 ( Oui j'ai galéré. )
avatar
Membre 4
Membre 4
Date d'inscription : 18/11/2012
Messages : 3596
Age : 20
Localisation : Verizon Center

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Mer 03 Déc 2014, 21:17
Pas mal, j'ai lu des passages de chaque chapitres, j'aime bien ta rédaction à la première personne.


avatar
Membre 5
Membre 5
Date d'inscription : 27/06/2013
Messages : 4194
Age : 55
Localisation : Juste à côté.

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Mer 03 Déc 2014, 21:18
J'adore, manque que la musique :P


"C'est quand un moustique se pose sur nos testicules qu'on comprend que la violence ne résout pas tout "
Bendo na bendo:
Membre 3
Membre 3
Date d'inscription : 16/02/2013
Messages : 1311
Age : 19
Localisation : France

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.youtube.com/channel/UC5pZJ1mqjZrkbACxhqAxzWw

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Mer 03 Déc 2014, 22:32
Je vous présente le Jean de la Fontaine du 21°ème Siècle.
avatar
Leader Staff
Leader Staff
Date d'inscription : 23/08/2011
Messages : 4340
Age : 20
Localisation : Nul part et sûrement ailleurs

Informations InGame
Prénom_Nom: Jason Hawks
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Jeu 04 Déc 2014, 21:11
Ajout du chapitre IV.
Merci des commentaires. Pour ce qui est de la musique, ouai mais j'ai rien trouvé qui allait vraiment avec.
avatar
Leader Staff
Leader Staff
Date d'inscription : 23/08/2011
Messages : 4340
Age : 20
Localisation : Nul part et sûrement ailleurs

Informations InGame
Prénom_Nom: Jason Hawks
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Jack Olsen - Amnesia

le Mar 09 Déc 2014, 18:06
Ajout du Chapitre V.
Et inutile de continuer plus longtemps sur celui là.
Contenu sponsorisé

Re: Jack Olsen - Amnesia

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum