Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Administrateur
Administrateur
Date d'inscription : 29/10/2012
Messages : 5848

Informations InGame
Prénom_Nom: Colin_Mercer
Voir le profil de l'utilisateur

Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Dim 26 Oct 2014, 16:40




Le passé vous rattrape un jour ou l'autre :


Ce jour la, j'ai détruit une famille ...
Ce jour la, je n'ai pas pus faire mon devoir ... Mais le voulais-je vraiment ?

Dans cette vie, ces lieux, ce monde, chacun a un rôle. Le boulanger doit faire son pain. Le cuisinier, doit faire à manger pour ses clients. Le juge, doit juger les criminels et les simples citoyens. Le pompier, doit sauver des vies...

Le policier ...

Lui, il doit les protéger.
Mais quand il n'en ai pas capable, lorsqu'il faillit à sa tâche ... Que devient il ?
Un policier se doit de protéger, mais s'il ne le fait pas, que devient il ?
Moi dans tout sa ... J'ai pas vraiment évolué au sein du BTPD. Mais désormais, ça me parait impossible.
Mon supérieur a envoyé mon dossier au LAPD, le Département de Los Angeles.
Los Angeles ... Moi, à L.A. ...
Si déjà à Bloomfield, j'suis pas capable de protéger la population ...
J'vais apporter quoi à Los Angeles ?

On a même pas reçus la réponse du LAPD qu'ils m’envoient déjà sur Los Angeles.
Comme un paquet, dont on se décharge ...
Ils veulent éviter que les médias s’intéresse trop à cette histoire. Normal, un officier qui merde autant, c'est pas vraiment un élément qu'on veut garder.
J'ai foiré, mais pas assez pour qu'ils m’amènent devant une commission du Département, pour faute grave.

Moi ?

Moi dans tout sa, j'suis dans un avion, direction ...

L.A.


Los Angeles :


Il est vingt et une heure trente et je débarque de l'avion... Il faisait chaud, pour un soir d'hiver. Faut dire que de l'autre coter des États-Unis, il fait pas aussi bon.
Je viens de débarquer, mais j'sais pas vraiment se que j'fais ici. Ni même ou aller. Mes supérieurs m'avaient donnés des indications, pour aller louer une chambre. Ils m'ont dis, que c'était le mieux, pour m'accoutumer à la vie locale.

Ils m'ont aussi dis de ne pas trainer dans le quartier, pas loin de l'aéroport. El Sereno, quelque chose comme ça.
Dans le coup j'ai évité le secteur, marché un peu, avec mon application gps en fonction. Se truc marche pas vraiment dans tout les coins ... Ou alors j'me suis simplement planté dans l'orthographe du Motel ...

J'me suis retrouvé au dock... Facilement une à deux heures après être sortit de l'aéroport.

J'étais pas plus fatigué que ça... J'suis arrivé, mais je sais même pas s'ils vont vouloir de moi.
Mon dossier est p'tetre même pas encore sur les bureaux du Los Angeles Police Department...

J'ai finalement prit un taxi qui passait par la.
Mais le chauffeur était défoncé ... On a roulé une bonne heure ... Le mec faisait des pointes, comme s'il était suivis ... Mais on était pas des milliers sur la route et aucunes voitures semblaient nous suivre.

Minuit passé, il me dit qu'on arrive bientôt.
Les gens sont tous chez eux, sauf quelques gamins, dans quelques coins...

J'ai pas cherché, une fois arrivé au Jefferson Motel, j'ai payé le taxi défoncé ... Puis, je me suis présenté devant la bâtisse...

Un bâtiment de couleur orange... Ou jaune, vu l'heure, les couleurs sont pas à leurs top niveau.
On voyait deux trois trous, qui pouvaient faire penser à des impactes de balles ... Y'a même deux voitures abimées sur le coin. L'une n'ayant plus aucunes vitres.
J'avais envie de tout, sauf entrer dans cet hôtel. J'ai pas réfléchis davantage, j'ai prit un escalier qui montait sur le toit.
Je me suis assis contre une sortie d'aération, posé mon sac à ma droite, puis mes bras sur mes genoux plié ...

J'ai soupiré...




Une fin d’après-midi, comme les autres... Ou presque :


Les premières sonneries des écoles avoisinantes sonnent. Harold est accoudé à son véhicule de police, son coéquipier partit cherché un café, non loin. Ils commençaient à voir le bout d'une journée difficile, à courir après des délinquants notoires et rouler à toute allure pour arrêter des braqueurs du Dimanche.
Harold était seul. La patrouille était à deux pattés de maison d'une école. Les gens affluent de cette direction, avec des enfants à la main. Il leurs faisait parfois quelques sourires, tout en gardant un œil aux alentours.

Soudain, on entend quelques cries, au bout de la rue. A l'angle, un homme, d'une vingtaine année passée apparait, avec une petite fille agrippée. Il court à toute allure et passe devant Harold en le dévisageant puis en sprintant toujours plus.
Harold, bouche bai, se décale sur le trottoir, venant ainsi se placer presque au milieux, juste après l'angle de la rue.
Un second homme apparait, et bouscule Harold, qui tombe avec lui.
L'homme agrippe Harold par l'épaule, puis le fait se relever et lui crie de poursuivre cet individue.
Harold, commençant à comprendre, se mit à courir de toutes ses forces dans le pas du kidnappeur supposé, et de l'homme qui les poursuivaient.

Lors d'un croisement, il décide de prendre une autre ruelle, tentant d'arriver dans un meilleur angle pour intercepter l'homme.
Sa course le mène a un croisement, face au kidnappeur, finalement coincé dans cette petite ruelle sombre, entre l'officier et la personne qui le poursuivait depuis maintenant plusieurs minutes.

L'individue, plaque la petite fille contre lui, sort un 9 mm de son blouson gris puis le braque sur la tête de l'enfant, venant faire un aller retour entre l'officier, et l'autre homme.
Au même moment, Harold dégaine son arme de service, fait revenir la culasse en arrière, dans un cliquetis de métal et braque le kidnappeur.

La petite regarde l'autre homme, et lâche en criant un grand "Papa ! " avant que son ravisseur lui plaque sa main sur la bouche.
Le père de la petite, lui, lève les mains, avec espoir de calmer les choses.

Harold fait les sommations habituelle, alors que le père de la petite, semble supplier le jeune de la laisser partir, la laisser tranquille.
Il lui explique même a un instant qu'il ne veut pas que se qu'il lui avait fait, se répercute sur la petite.
Harold haussât le sourcil droit à la suite de ses paroles, mais continua a braquer le jeune.
Les paroles s'enchainent, et continuent à monter de ton.

Lorsque le père de famille fait un pas en avant, le jeune, quand a lui, reculât, avant de rapidement menacer la petite au visage et criant de reculer.
Le père s’exécutât.
Harold se redresse, venant avancer légèrement de sorte à se mettre de profil par rapport au jeune, mais ce dernier, dans un excès de haine, ou de peur, fit pression sur la détente.
Au même instant, Harold presse la gâchette de son pistolet...

Deux coups de feux retentissent... Puis...
Plusieurs bruit de klaxonne se font entendre comme si un bouchon de voiture se trouvais dans la rue avoisinante.
Au même instant ...

Harold se réveil sur le toit du Jefferson Motel, le lendemain matin de son arrivée par avion. Les klaxonnes qu'il avait entendu, n'était autre que les quelques véhicules stagnant sur la voie, à cause d'un bus en panne, devant l’hôtel.
Il élance sa main droite à son visage, puis se l’essuie, venant souffler, regardant le levé de soleil, sur Los Angeles.

Fixant la vue, il lâche à voix basse :

"Je n'ai pas finit de penser à toi ... Celia ..."




Le retour à zéro:


J'ai passé une dizaine d'années au Bloomfield Township Police Department ... J'avais déjà mes grades, j’étais officier...
Aujourd'hui le Los Angeles Police Department accepte en mutation. C'est ça, la lettre que j'ai reçus, et que l'vieux concierge latino m'a donné quand je suis descendu du toit ...
Il ma aussi dit que mon colis imposant était arrivé... J'ai pas compris tout d'suite ...

C'était ma moto... Ma petite Harley-Davidson XL1200C...
Elle était la ... L'vieux avait signé pour moi... Je sais pas si c'était bien, mais la j'avais qu'une envie, aller au Poste de Pershing Square ...
Bon, j'ai réussi à me perdre trois ou quatre fois, mais j'y suis arrivé...
J'ai vu un officier, j'lui ai parlé d'mon cas, il ma dis d'attendre que les responsables soient la ...
Ce qui ma étonné, c'est qu'il ma proposer d'aller au Motel, chercher ma lettre que j'avait oublié. Tout ça en voiture de police...
Par chez moi, c'était une erreur d'embarquer un type en voiture de police, pour ... Rien d'urgent...
Du coup, je me suis retrouver au beau milieu d'un délit de fuite...
J'avais rien à faire la ...

Rien ...


La lueur d'un espoir, dans des yeux verts:


Après tout ça ... J'ai retrouvé ma moto. J'ai fait un tour, j'me suis acheté un hotdog, et j'ai voulue voir se que donnait les parkings des coins fréquentés, en pleine vie.
J'ai eu se que je voulais... J'ai mangé, j'ai pus voir un gamin se faire taper ... Parce qu'il faisait du vélo sur le parking. Une barge qui ai sortie de nulle part, et qui a crier le nom redouté du coin "Brick Squad".

J'ai pas intervenu ... J'suis pas le meilleur pour intervenir, sans uniforme. A quoi bon ? Si j'avais bougé, ses potes seraient arrivés, et je serais à l'hosto du coin, plâtré de la tête aux pieds.
L'gamin est repassé ... Il ma causé, ça ma étonné ...
On a discuté, mais la bande est venue nous voir. Par chance, mon hotdog était finit. On a pas cherché les emmerdes, on a détallés, avant que ça ne dégénère.

J'ai fait signe au gamin d'me suivre. J'avais repéré un petit coin un peux plus posé, et sans revendications. La gare était pas loins ... J'connaissais pas le nom du quartier. Il ma suivit, et j'lui ai dis de se poser la.
C'est se qu'il a fait, et il a fait du vélos... Du ... Jam', un truc comme sa.

Y'avait un truc, dans ce gamin. Je sais pas, un truc qui faisait que j'avais eu envie de lui montrer qu'ici, il était tranquille...
C'est peut être parce qu'elle ...

Elle aurait son age ...




Différence :


Il a rien d'inhumain ... Il aime son vélo, il aime son quartier, et ses amis ... A aucun moment tu sens qu'il les trahirais... Il veux les faire sortir de tout sa ... Redorer les rues ... Quitte à vivre dans une misère totale, avec dix dollars le jour ...
Il ne veut pas d'un travail ... Il ne veut pas d'un petit job. Il veut simplement aider les gens... Aider les vieux... Aider les pêcheurs dans le besoins ... Aider le voisin ...
Tout sa contre à peine une rémunération descente ...

Lorsqu'on discute ... J'sais pas, il n'ai pas comme tout les autres. Il est habité par ce en quoi il crois. Il n'est pas de ceux qui veulent survivre en vendant, en tuant ...
Mais bordel, comment un gamin peut vouloir rester dans un coin comme ça...
Il ne sort pas de ses quartiers... Il vient d'un milieu plus ... Riche, plus aisé ... C'est impossible autrement.
Comment peut on avoir cette vision de la vie, à cet age ? Et si ... Si elle était encore de se monde ... Penserait-elle comme lui ?
Serait-elle d'une aussi claire opinion ?

Ce genre de gamin, t'peut pas rester insensible ... J'pouvais pas faire comme j'l'ai toujours fais depuis quelques années ... J'pouvais pas l'ignorer ... Il a une prestance... Un putain d'truc qui fait que tu as envie de lui donner s'que ta ... D'le protéger...
J'sais pas s'qu'il pense de moi ... J'sais même pas s'il m’appellerait en cas d'emmerde ...

Bordel mais j'vois pas pourquoi se gamin la ! Pourquoi lui ...
Pourquoi quand j'le vois j'ai envie d'l'aider ...
Comme si ... S'il était mon frère, mon neveu ... Mon cousin... Mon ... Fils ...
Si seulement j'pouvais comprendre ... J'veux l'aider, mais j'incarne un être incapable ... Impassible ... J'n'ai pas été capable de la protéger... D’empêcher les faits ... Parfois je ressent la haine ... La haine d'un père qui a perdu sa fille ... Sa haine ...
Et si, si s'gamin n'était autre qu'un moyen de me racheter ...

Bordel mais qu'est-c'que j'dis ... J'crois pas en ça ...
J'ai perdu tout espoirs et toutes croyances ... Depuis des années, et pire encore depuis se jour ...
Je n'ai pas la force d'esprit de me soucier des autres, je réfléchis trop au conséquences pour moi... Je n'ai rien à faire en tant qu'agent des forces de police ... Mais pourtant, ils m'ont acceptés en tant que cadet ...
Recommencer ...

Lui ...
Il a voulue lâcher ses parents, lâcher leurs confort, pour se lancer dans la vie. Il veux connaitre la misère, pour mieux aimer le confort ... Il a le courage ... Même si ce courage peut paraitre totale folie ... Il y crois. Il le vit... Il a envie ...
Peut être feraient ils mieux de le prendre, lui ...
Peut être que cette vie la, serait la vie que j’aurais du avoir...
Pourquoi j'ne veux pas laisser s'gamin ?

J'peux pas imaginer ne pas aller voir si des infos circulent ...
J'peux pas m'imaginer qu'il soit entre deux rats, dans les égouts ... Ils sont tous jeunes dans ses blocs ... Ils n'ont rien pour se défendre... La première chose que j’aurais fait en tant que chef de groupe, c'est d'aller voir se p'tit biz qui fleurit dans s'quartier...
J'ai peur d'apprendre qu'ils ont tous été tué, à cause d'un gang ... Peur de recevoir un appel neuf cent onze, signalant un bloc en flamme ...

J'ai même presque peur que le gamin comprenne que je suis du coter de la barrière qui est censé le protéger de la mauvaise face ...

Ce gosse la ...
Et ... Et s'il r'présentait mon espoir ?




Dillimore, intense attractivité :

La radio venait d'annoncé que je quittait la juridiction du département. Instinctiv'ment, j'tourne le volume jusqu'à éteindre la radio. Plus qu'à descendre et j'entends plus le central. C'était calme. Y'avait personne, y'avait pas l'bruit de la ville. Y'avait pas tout ce son qui te perturbe. C'était plat, calme.

Une grande devanture, avec le nom du bar, et dessous, "Outlaws MotorCycle Club". Pas une moto garée devant. La porte ouverte.
J'me dis que j'dois pas être ici, que mes collègues ont d'ja tracé ma voiture, qu'elle va les m'ner a moi. Qu'ils vont flippé comme jamais.
Je pousse la porte, une odeur bien connue des bar se fait sentir. J'suis pas à l'aise, mais j'suis pas forcément stressé.
Y'a pas plus de bruit dans s'te bar. Pas un chat, pas un verre entamé, pas une paire de bottes à cirer.
Merde, j'croirais rêver. Le bar à portée.

Les dossier vides, comment t'peux penser que tout est vide ? Ils laissent tout ouvert comme si d'rien n'était. Aprés ça, on a rien ?
Foutage de gueule... Dix minutes ! Dix putain d'minutes avant qu'un mec en cuir s'ammene et nous d'mande s'quon f'sait la...
Parce que ouais, j'pas été longtemps seul. Ils ont débarqués. Mes collègues.
Davidson...
S'mec la t'sais pas vraiment s'qui pense... Moi j'avais d'ja fait l'tour du bar... Posé mes doigt un peu partout, touché, j'pensais ... J'pensais a pleins de truc.
Il est v'nu avec un type que j'avais jamais vu. Sont v'nu, parce qu'ils croyaient que j'm'etait fais descendre.
Croyaient que j'petais un cable, croyaient que ...
Pis merde.

Davidson, c'est l'genre de mec qui fais le grand, mais qui déconne dix fois plus derrière.
L'genre d'officier pas pris de tête. C'pas Velasquez'...

J'sais même pas s'qui s'en ai dis d's'te réunion... J'suis arrivé a la fin ... Y'avait plus un mec ...
J'sais meme pas s'il le sait.
S'il le sait que j'suis sortis d'la zone.
Que j'me suis barré sans rien dire ...

Il, le sait...

Mais bordel, c'types en cuir... Peuvent s'en prendre au gamin. S'comme si s'ptit la j'le connaissais d'puis des années...
J'ai jamais eu d’intérêt pour un putain d'être humain ...
Et la ... Bam...
S'gosse la, j'tuerais presque pour lui sauver la peau...
J'sais pas s'quil incarne pour moi...
Il sait que j'peut l'aider, qu'il peut compter sur moi ... J'sais pas s'qu'il pense ...

Merde, j'me suis barré dans s'club ... J'aurrais pu m'prendre vingt chevrotine, mon corps y s'rait aller...
Pourquoi c'te putain d'fixette ?
J'peut pas rester au sol t'façon ... J'trouvé un moyen d'éviter ça ... Un putain d'moyen qui d'mande d'être de l'élite ... Bordel de merde...

J'pourrais presque les r'joindre ... J'flingué quelqu'un ...
J'aime la moto ... L'style qu'ils ont ... Bref, j'pourrais être de leur coter ...
Mais... Z'ont été ... Du coter opposé ... J'ai juré, d'proteger l'gosse...
Juré à qui ? J'en sais rien merde ...

Je ...
J'pourrais être l'un d'eux ...

Merde...




L'heure peut parfois cacher des nouvelles :

L'avait dis vingt et une heure trente ... Il est vingt et une heure quarante cinq ... J'cours toujours vers Pershing Square. Je cours comme j'jamais courue... Et merde, c'tait pas ma première fois ! J'en ai même viré une p'tite dame, j'me suis pas arrêté, j'ai même pas tilté sur le coup ... Bordel, c'pas la réunion a manquer... N'avait des locaux neufs ... Un putain d'travail ... Moi, j'me rammene à la bourre... L'classique ... J'rentre, j'reconnais pas l'coin ... J'approche d'la porte de service ... Et ... A travers, j'vois l'commandant... La réunion était finie ... J'tait comme un con...
Il me lache : "Osborne, dans mon bureau dans dix minutes"...
J'lui ai sortis en même temps que j't'ai en r'tard, que j'm'excusais ... Il avait pas l'air d'en avoir quelqu'chose à foutre ...
J'ai marché dans l'poste, croisant des têtes toujours incconnues ... J'en avait rien a foutre ... J'voulais juste m'changer, et attendre d'vant l'bureau...
L'temps que j'trouve les vestiaires, que j'm'installe, l'commandant ... Pis merde, l'patron, était r'venue... Ma dis d'le suivre... J'l'ai suivis, et j'balisais ... La derniére fois qu'mon patron ma dis qu'il v'lait m'voir ... J'me suis r'trouvé à l'autre bout des États-Unis...

On est entré ... Il c'est foutu derrière son nouveau bureau, livré d'y a quoi ... Deux heures, à tout péter. Il c'est pas assis, moi, j'la fermait, j'attendais.
Il a commencé à l'ouvrir... A lâcher des trucs comme quoi les collègues semblaient pas dire du bien d'moi ... Pas m'sout'nir. 'Ma dis qu'j'tait pas l'meilleur, mais pas l'moins bon ... Que j'rentrais dans l'rang ... Même si ... J'avais merdé, la bas...
Putain d'merde, j'voyait pas ou il en v'nait....

Il a ouvert son bureau, 'fin un tiroir quoi ... Il a sortit des barrettes d'Officier P-II. La, j'commençait à penser que c'tait pas possible... Moi, Harold Osborne, le type qu'à touché un civile en tuant un putain d'braqueur ... Moi qui avait l'médias sur l'cul, la bas ... On me vire, on m'fait v'nir sur L.A. Et s'type la m'accorde sa putain d'confiance ...
Il la dis. Il m'a dis qu'il prenait l'risque d'me nommer P-II.
J'l'ai pas montré, mais j'ai attrapé les barrettes, j'tait étonné merde ! J'les ai prisent ... Accrochées... Et j'étais content... J'pensais pas que ça arriverait, j'pensait pas, que d'puis s'jour, j'ressentirai à nouveau ... La fierté ... Du coup, j'me suis lancé... Ma candidature... J'avait envie d'prendre les airs ... Être utile ... Sortir de ... Ces voitures ... Éviter d'reffaire les même erreurs ...

Il ma assigné avec Sherman ... L'pilote de l'hélico qui tourne souvent au dessus de L.A, putain il en a du galon s'type...
Il ma fait confiance ... Il m'accorde de devenir un élève en pilotage ...
J'vais apprendre ... P'tetre même réussir ...

Je vais quitter le sol ... Être utile ... Éviter la merde ... Eviter d'le r'faire ...

Il ma laché des compliments, d'continuer comme ça, d'pas m'laisser abattre, qu'il f'sait l'dure, a cause d'tout sa... Qu'il était différent à cause d'mon expérience. P'tain un type comme Velasquez, te sortir ça... S'mec la peut en avoir rien à cirer d's'que tu dis...
J'mattendais pas à ça... J'pouvais pas m'y attendre... J'ai jamais eu cette opportunité ... Jamais eu d'putain d'encouragement ...Sa fait bien une voir deux années que j'perdu s'quon appel l'espoir, la volonté ... Bien un an que j'avais pas r'ssentit sa....

C'est la qu'il ma d'mandé si y'avais autre chose... J'ai tourné l'truc quinze fois dans ma tête ... J'me suis d'mandé si j'avais un truc a dire, un truc a signaler, une infos... Un collègue qui merde ... Quedale... J'ai dis non.
Il ma congédié, et encore encouragé ... Putain d'merde ...

Putain d'merde ... J'suis sortit du bureau, j'ai du passé pour un timbré ... J'ai crié, mais sans bruits ... J'me suis laché, putain s'que c'était bon ... J'voulais en profiter.
J'ai choppé un manuel, et j'ai commencé à m'instruire sur ses engins.
M'dire que c'est p'tetre un moyen de griller des étapes !
J'pas encore vu Sherman...

J'ai hate !



1 centimètre :

La balle vint se loger dans le thorax du braqueur. Ce dernier avait aussi appuyer sur la détente, logeant une balle dans la tempe de Celia. Les deux hommes encore en vie, sur le choc, ne bougeaient pas.
Harold était figé en position de tir, regardant la ou la mire de son pistolet pointait.
Quand au père de la fille, il lâchât un hurlement. Il paraissait si long, le temps semblait être arrêté. Pourquoi l'avoir tué ? C'est la question que tous se posent à l'instant.

Quelques gémissements émanaient du braqueur, en train de mourir, juste la, prêt du corps de Célia. Elle gisait, morte, impacte de balle sur la tempe droite, joue déchirée par une seconde balle venue de front.
Le père de la petite se précipitât, un peu plus tard, vers cette dernière, gisant morte. Il pleurait, criait, tout en la tenant dans ces bras.
En réalité, la déchirure visible sur le corps de la fillette, ne pouvait qu'être causée par une balle tirée de front ... Et donc, correspond au coup de feux d'Harold.

Lui n'a pas bougé, il reste la, bouche bai. Le père, redressât la tête, voyant l'impacte causé par la balle d'Harold, puis tournât son regard vers lui, lâchant que c'était ça faute, qu'il était responsable. Mais l'officier ne répond pas, il ne semble pas en mesure de faire quoi que ce soit, si ce n'est rester la. Il se contente de baisser son arme, baisser les bras. Un signe d'abandon face à la scène horrible qu'il vit ?

A ses mots, le père déposât doucement le corps de sa fille, comme si elle ne faisait que dormir, pour ensuite bondir rapidement vers Harold et le frapper de toutes ses forces. Harold surpris, se vois désormais attaqué directement.

Le père de famille enchaine une dizaine de coup de poing au visage de l'officier tout en criant diverses insultes, pour finalement se laisser tomber sur le coter gauche. Il regarde le ciel murmurant à Harold qu'il ne comprenait pas qu'on apprenne aux officiers à tirer et qu'ils sont capable malgré tout de tuer des innocents.
Harold tentât de s'excuser, mais le père de la petite le coupât et affirmât qu'il était le coupable de toute cette histoire et qu'il ne valait pas mieux... qu'un criminel !

Des sirènes de polices retentissent, Harold ne dis plus rien, le père de famille regarde au ciel, se tenant la tête à l'aide de ses deux mains. "Osborne levez vous..."

"Osborne..."

Les premières lueurs des gyrophares commencent à éclairer un peu plus les environs, pour enfin laisser place à d'autres officiers qui s'avancent vers les lieux du crime, pour finalement demander à Harold ...

"Osborne ! Bon sang lève toi !"

A ce même instant, Harold sursaute, puis observe la pièce, avant de se stopper sur l'officier qui tente de le redresser, pour au final se mettre debout, au garde à vous.

"Je voudrais vous voir, après, dans mon bureau Osborne."

"La réunion, peut commencer."




Il était à Los Angeles :

"L025 à Central - 10.41 - PMS, Terminé."
Harold avait quitté le poste rapidement. Ces collègues étaient étonnés qu'il ne réponde pas à leurs bonjour. Il venait à peine de se changer, mais en avait terminé rapidement. Il semblait en panique, mais personne ne le retint de partir en patrouille.
Une fois dans la 025, il annonce son départ, et quitte le garage. Il met plein gaz. Il roule en regardant aux alentours, tout le temps sur ses gardes. On aurait dis qu'il avait vu un fantôme. C'est tout comme...
"Putain c'pas possible bordel ! Tout allait bien la, c'tait parfait ! Pourquoi ? Pourquoi l'est en ville ?
Bordel une chance sur combien qu'on s'retrouve sur le même lieu ! Sur le même terrain ! Fais chier putain !
On p'vait pas savoir ! Pourquoi il est v'nu la ? Putain pis moi maint'nant j'peut pas tout enterrer merde ! Il en a p'tetre causé ! Putain j'sais pas merde ... J’ai merdé ouais, ça va ! Il était la, en ville ! J'aurrais pu l'croiser à n'importe quel instant !  J'voulais pas ça pour ça fille ! J'voulais pas qu'elle meurt ... Putain Celia si tu pouvais lui dire !

Mais bordel !!! Mon flingue, faut que j'le charge ! J'sais pas s'il est encore en vie ! Putain d'merde ! J'm'arrete ! Ok, frein à main, ok ! Mon arme, ouais ok ! On tire la culasse, pis on regarde si c'est chargé, ok ! Il est chargé p'tain !
J'tremble trop ! Si un putain d'connard m'tombe dessus j'suis mort !
Mais merde j'ai merdé une fois ! Une putain d'fois et lui il m'prend comme ça ! Putain !!
Putain ! Putain ! Putain !

Sait pas ou il est ! On sait quedale ! Y'a p'tetre des types qui l'ont descendu ! P'tetre qu'on r'trouvera son corps !
Putain Celia désolé, mais j'veux pas qu'ton pére m'fasse la peau ! Non !
Putain d'merde ! Il avait juré qu'on s'reverrai ! J'en suis sur ! J'suis sur que c'est une feinte ! Un message ! Qu'il sait que j'suis la ! Il a sue j'sais pas comment, mais l'info est v'nu à ces oreilles ! Il veut s'venger ! J'ai buté ça gosse ! C'normal ! C'normal ! J'suis flic, il a pas peur d'un flic ! Non, personne n'a peur des flics dans s'te putain d'ville de taré ! Non !
Lui il a toute la tune du monde p'tain !
Si sa s'trouve il va creuver ! Et il a envoyé des types ! Sa s'trouve ma chambre est piégé, quand j'vais m'allonger dans mon putain d'lit d'merde, j'vais péter ?! Putain d'enfoiré d'salope de pute !

Il est persuadé ! Velasquez a dit qu'non ! C'pas ma faute! Shepard aussi ! Putain mais j'crois qui moi ! Qui ment putain ? Qui ?!
Fais chier bordel ! J'vais creuver c'est sur ! J'peut pas rester comme ça ! J'vais d'voir avoir mon flingue putain ! Faut que j'le sorte avec moi ! Putain ! "

"Central à L025 - On a un 911 sur Inglewood, et une demande de 10.35 d'A-024, êtes vous capable d'intervenir ? Terminé."

"P'tain non ! La j'peut pas bordel de ! Merde ! Fais chier j'aurrais du tout couper bordel ! Non putain, non coupes pas tout ! La derniére fois y'a Davidson qu'à débarqué avec deux autres putain d'PV !
Non, non, non ... Faut s'reprendre ! Ouais, c'est ça !
Putain j'vais creuver ! Il va m'retrouver ! Il va venger Celia ! Putain Celia j'te jure j'voulais pas ! J'voulais pas te toucher !
Non ! Reprends toi mec ! Ok, reprends toi mec ! Aller Osborne !"

"Central à L025 - 10.04 ?"

"Putain m'casse pas les couilles salope bordel ! Aller ! Ok ! Souffles ...
Voila doucement, souffles !
Ok !
Ok ! C'bon ! C'bon ! ...."

"L025 à Central - 10.04 - 10.60 sur balise A024. Terminé."




La folie nous guette :

"Alors pourquoi un type qui a fumé un innocent dans son ancien poste ramène ça gueule ?"

"Sale fumier ... Putain de merde ... S't'enfoiré d'chef ... Il me renvois baladé ! L'est pas capable d'gerer ses hommes ... On a descendu un type, parce qu'il c'était barré !
On savait quedale ! Savait rien ! Et c'fumier m'dis d'aller clairement m'faire enculer ! Z'ont tué un type, comme ça. Bang... Plus personne, on remballe...

Rien à foutre... J'savais pas que le LAPD tuais comme ça... J'vais m'y mettre aussi alors ! P'tain d'enfoiré !

Putain d'merde ! J’aurai du foutre s'pied dans ça putain d'gueule ! Parce que oui, après la réunion, j'vois que l'autre Knowles est Sergent ! Rien qu'ça...  S'te fille la, est arrivée après moi, en glande pas une, capte quedale... Et s'la ramène...
Putain ... Pas d'promotions qu'il a dis. Ok, j'me suis cassé. Pas la peine d'risquer ma peau, alors que c'gros bouseux en glande pas une. Pas capable d'savoir s'qui c'est passé la s'maine !
Putain d'merde j'même ignoré s'Cap'taine !

J'pété un câble ! J'en peut plus... J'peux plus...

On la déclaré présumé mort ...
Mais j'sais pas s'ils peuvent m'tomber d'ssus...
J'suis partis noyer ça... Y'avait un restau qu'à ouvert, j'commande ... Trois bière, deux fois... Sauf que l'autre connasse était la... Et qu'le central m'avait localisé...

J'pas pue boire tout ça tranquile ... Non !  La fallu qu'il s'ammenent encore m'casser les couilles ... Un putain d'officier Probatoire ... J'sais pas d'ou il sort ... M'fait la morale alors qu'il a quoi, dix ans...
Pff...

Fils de ...

Et merde, aussi, on a due intervenir et l'autre ma plaqué au sol ... D'ja qu'elle pige quedale... Imagines cette cruche te plaquer, d'vant civil... Comme si n'avait qu'sa à foutre... Homme au sol ... Mal ... P'tain ...
J'me suis r'trouvé comme un con..

Un putain d'con qui s'met une mine...
Ouais...

J'ai frappé l'type.
J'veux dire l'officier. Il a continué à m'faire la morale.. J'lui ai sauté d'sus à s't'empaffé.
Et l'autre est interv'nue...

Elle ma même ramenée... J'l'ai renvoyée boulé. J'pas b'soins d'eux, pas b'soins d'putain d'conseil...

J'suis finis. Ils sont p'tetre même la, d'vant moi, dans l'noir... Putain d'merde ! J'tiendrais pas l'coup ... J'pourrais pas vivre comme ça ! Merde ! Putain ! J'vais p'tetre m'faire descendre alors que j'dors ... Ouais, en pionçant ... Putain ... J'sais pas .. C'horrible...

J'vais crever dans les mois voir putain d'jours à v'nir et j'pas l'moyen d'le savoir ! Pas moyen d'avoir un truc précis ! Putain ! J'tiendrais pas ! D'main j'vais avoir les r'tombées... Ouais putain ! Les deux vont l'ouvrir !
L'chef va l'savoir... J'sais pas s'que j'vais faire, quand le LAPD m'aurra viré ... F'chier !

Coter d'sa, lui on la pas r'trouvé... On a rien d'plus... Reyes était d'ssus... Mais quedale... Il sait p'tetre, et il feinte !
Il va p'tetre apparaitre ... Et tirer à vue ...

Il est mort ! Putain ouais il est mort ! Ok ok ! R'prends toi Harold ... La biére, ouais, la biére !
Ok ... J'vais m'reprendre ....

Putain d'enculé !
C'fils de pute ! Pourquoi il a fait ça ...
J'voulais pas te toucher Celia ... J'voulais pas...
J'voulais pas que tout ça sa change ... Putain ... P'tain ... Tu méritais d'vivre ma p'tite ...
J'suis qu'un mauvais ... Et ton pére va m'tuer ... C'est certain ... Il la dis... Fin l'a pas dis, mais j'sais !
C'pour bientôt ! Si ça s'trouve ! Même demain p'tetre ...

P'tain !"




Solitude de l'esprit:

"Quand j'y réfléchis ... J'suis seul d'puis longtemps. J'jamais eu d'copine. Pas d'enfants. Pas d'fréres et soeurs... J'suis pas apprécié, j'veux pas l'être... J'pas d'amis. J'm'accroche à des éléments d'la vie. Une connaissance, un objet...
L'gamin a disparue. J'pas de nouvelles... J'le trouve pas... J'le cherche plus...
Les Outlaws ... Sont dément'lé... Y'a plus un chat qui roule en moto. J'peux plus m'concentrer sur ça...

Maint'nant j'fais que d'la merde... D'puis qu'il a disparue... J'arrive pas à faire mon taffe... J'peut pas cont'nir ça... Ils voulaients m'arreter, m'foutre en arret ... A cause du Sergent ... 'Cause d'elle ... Que j'me suis fracassé la tronche au sol ... L'doc voulait pas m'lacher, j'décampé ... C'est simple, j'm'emmerde plus... J'vais plus lâcher l'affaire.

D'toute maniére, les vestiaires causent ... Ils causent d'moi ... D'ma folle soirée avec Pharell et Knowles...
P'tain d'merde ... J’aurais presque due ... Non ... Putain j'pense à quoi la ... Non ... Non ...

Sont tous con dans s'te poste, mais pas ... Pas assez d'raison ... J'peut pas ... J'dois pas... Entre l'Cap'taine qui suce l'chef, et l'chef qui pense qu'aux dollars des amendes ... P'tain on est gouverné par d'la merde...
Pis s'Pharell la... Officier Probatoire, il vient m'donner des l'çons... Il sait quedale... Il m'fais la morale... Alors qu'en fait s't'enculé ... Bah il fait d'la merde ... L'est louche ... Ça PV... Tu parles ...

Y'en a qu'une ... Une qui ...
Elle s'en fou pas ... elle ... réfléchie... elle .. pense...
L'est la parce qu'son ancien poste bougeait pas .. L.A. tu m'étonnes qu'elle doit mieux s'marrer la...
Pas d'famille... J'presque l'impression qu'elle m'ressemble... Qu'elle ... Qu'elle ...
Non ... J'suis en train d'dire d'la merde ... Y'a un truc qui c'est passé, j'sais pas, j'l'ai r'ssentit ... Quand on marchait ... J'sais pas si c'est le choc sur la tête .. Ou si c'tait les oiseaux qui chantait au loins ...

C'tait la première à qui j'le disais ... Y'avait bien eu Shepard et l'chef ... Mais c'pas pareil ... Eux savaient ... Eux savaient qu'il était en ville... Que j'pouvait m'prendre une balle à cause de Bloomfield ...

Elle a essayé d'me ... D'me convaincre. Mais c'pas possible ... J'sais que j'ai raison ... J'sais que j'vais y passer. Elle me disait qu'on avait pas r'trouvé l'corps ... Qu'pour ça, j'devait l'considérer mort ... Des mots sympa, des trucs qui t'font du bien, mais qu'tu montres pas ... D'l'affection ... Ouais ... D'l'affection ou j'sais pas, d'la pitiée ? P'tetre ...

J'me suis r'fait la discussion une quinzaine de fois bordel ... J'm'y fait pas ... J'sais que ça va v'nir ... Mais ou ?
Jefferson ? Pershing ? D'qui ça viendra ? Du chef ? Du Cap'taine ? D'pharell ?

Mais bordel j'sais pas, j'suis paumé ... J'sais pas c'qui s'passe ... Elle voulais m'aider, j'l'ai renvoyé boulée...
Bordel de putain d'merde ...
Enfin une personne qui s'intéresse, et c'que j'fais, j'la laisse patauger ... Putain ...
Mon esprit ... J'sais pas, il va mal ... J'vais mal ...

Et si j'l'appelais ? Si j'lui parlais ? J'pas b'soins d'un doc... J'b'soins d'attention ... B'soins d'la voir m'écouter, d'me réconforter ... Bordel j'vais d'venir amoureux à s'train ... Fais chier ... T'façon elle saura pas ... J'peut pas risquer ... Non ... Non ...

Je dois ... J'dois demeurer ainsi ... J'peut pas faire souffrir ... J'peut pas infliger ça ... J'dois ... Je suis, et resterait ...

Seul ...




Déchéance d'un badge doré :

"J'avais r'commencé quelque chose, la ici, à L.A. Cette ville qui se dis presque reine de la criminalité. Bordel de merde.
Ouais, j'avais r'commencé une vie. Un nouveau truc. Mes collègues commencaient à presque m'apprécier. Putain d'merde j'ai été con d'y croire... J'ai cru en s'gamin pas plus haut qu'mon pouce ... Il est probabl'ment dans un fossé, ou dans un sac mortuaire dans un commissariat local ... J'ai cru qu'm'occuper et réussir un truc, m'aiderai... J'me suis mit sur ces putain d'cuiré ... Ces OMC...

J'pas aboutit ... Rien la d'ssus... La DGS s'en était occupé... J'avais rien pue faire. J'avais trouvé la solution à mes angoisses... S'putain d'quatres hélices ! Ouais ... Le chef m'avait presque proposé d'la commander ... P'tain ...
Au final, s'connard m'en avait pas reparlé, même si j'avais postulé...

Ils ont tous été gradés, moi j'suis resté sur la touche ... J'pas stagné comme au BTPD ... Non ... La ils avaient trouvé confiance, putain ... Ouais, ils avaient confiance ...

Et ces journaux à la con ... Ont décidé d'm'annoncer qu'Attilio Bazzaro ... Était en ville ... Ce même type qui m'a dis y'a quelques mois, qu'il m'retrouv'rait ... Et putain vu que j'avais touché ça fille, et que j'l'ai pas sauvé ... C'tait pas pour m'faire l'amour ...

C'est la ... La qu'ça a dégénéré... Knwoles ... Pharell ... Miles ... Velasquez ... Anastasia ...
J'ai jamais pu encadré certains ... D'autres j'aurrais pu les apprécier ... Putain d'merde j'tait trop con pour voir qu'ils en avaient rien à péter .. Esprit d'équipe, mon cul oui ...

J'suis tombé sur un type ... L'genre ... Psycho ... L'genre qui s'réunit sur la page, à une heure du mat... Fin un truc comme ça ...
S'type la, j'sais pas, j'le sentait, qu'il allait m'aider sur ... Un ou plusieurs points ...

S'fils de pute m'a appris qu'il était bien mort. Qu'y'avait rien sur ma tête, ça j'en suis pas sur, loins d'la ...
Bazzaro ... 'Paramant pas si innocent qu'sa ...

J'tait mis à pied... Ouais, parce que j'écoutais pas l'autre conne de Knowles ... C'te même conne qui ma fais défoncé l'crane en explosant ma PV... P'tain ...
Ça et ... Les bière de l'autre soir... En service ... L'truc c'est qu'Anastasia est passé Cap'taine.
S'connard laisse des noirs fracasser un pov' type ... T'me dira, moi aussi ... Mais d'vient Cap'taine ...

Monde de merde ...

C'est s'putain lèche boule qui m'annonce qu'ils gardent le badge...
Ouais, j'suis dans l'genre sans taff maint'nant...
J'sais pas faire aut'chose ... Alors on va d'voir trouver ...

Si j'pouvais lui péter la gueule à s't'enculer ... Ouais ... J'suis sur que ces gradés étaient au courant putain ... Sur !
Mais non ... Ils m'laissent la, voir si j'croise Bazzaro ... J’aurais pu crever, ils en auraient rien eu à foutre ...

J'vais boire ... Boire et voir s'que j'peut faire d'reste d'ma vie ... Aussi courte soit elle ...

J'devrais avoir aucunes raison d'rester sur mes putain d'gardes ...
Mais j'crois que l'armurier du coin va m'connaitre ...
Putain ouais ... Quand à qui sera en face du canon ...

C'est comme répondre à la question pourquoi ne voit on pas dans le noir ...

J'en sais rien."





Dernière édition par Colin Mercer | Harold le Ven 06 Fév 2015, 00:36, édité 26 fois (Raison : Mise à jour - [06/02/2015].)



"Un RP se veut d’être unique via notre imagination !
Tomber dans la banalité d'un RP type sans chercher à en sortir n'a pas d’intérêt !"




avatar
Membre 2
Membre 2
Date d'inscription : 11/11/2012
Messages : 910
Localisation : Nancy , Lorraine

Informations InGame
Prénom_Nom: Alonzo Wiliano
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Dim 26 Oct 2014, 18:06
Magnifique , bonne chance.
avatar
Membre 5
Membre 5
Date d'inscription : 27/06/2013
Messages : 4194
Age : 55
Localisation : Juste à côté.

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Dim 26 Oct 2014, 18:27
Sublime, j'attend l'écrit ! ;)


"C'est quand un moustique se pose sur nos testicules qu'on comprend que la violence ne résout pas tout "
Bendo na bendo:
avatar
Administrateur
Administrateur
Date d'inscription : 29/10/2012
Messages : 5848

Informations InGame
Prénom_Nom: Colin_Mercer
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Dim 26 Oct 2014, 19:26


Premier chapitre posté : "Le passé vous rattrape un jour ou l'autre".



"Un RP se veut d’être unique via notre imagination !
Tomber dans la banalité d'un RP type sans chercher à en sortir n'a pas d’intérêt !"




avatar
Membre 4
Membre 4
Date d'inscription : 18/11/2012
Messages : 3596
Age : 20
Localisation : Verizon Center

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Dim 26 Oct 2014, 21:29
Au premier coup d’œil la personnalité me rappelle celle de Judy. ^^ Bonne chance, je vais suivre ça.


avatar
Administrateur
Administrateur
Date d'inscription : 29/10/2012
Messages : 5848

Informations InGame
Prénom_Nom: Colin_Mercer
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Dim 26 Oct 2014, 23:07

Second chapitre posté : "Los Angeles".



Jess : Je n'ai pas vraiment réussi à avoir assez d'information sur Judy, mais je doute que ces deux personnages, se ressemblent.



"Un RP se veut d’être unique via notre imagination !
Tomber dans la banalité d'un RP type sans chercher à en sortir n'a pas d’intérêt !"




avatar
Leader Staff
Leader Staff
Date d'inscription : 13/03/2013
Messages : 5741
Age : 23
Localisation : Catalunya.

Informations InGame
Prénom_Nom: Ethan_Kaulins
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Lun 27 Oct 2014, 12:11
Je vais suivre de près. Sympathique pour un sombre type.
avatar
Administrateur
Administrateur
Date d'inscription : 29/10/2012
Messages : 5848

Informations InGame
Prénom_Nom: Colin_Mercer
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Lun 27 Oct 2014, 22:51

Troisième chapitre posté : "Une fin d’après-midi, comme les autres... Ou presque".

J’espère que vous allez pouvoir avoir la musique du début à la fin. N'hésitez pas à le souligner, si vous lisez plus vite que la musique.






"Un RP se veut d’être unique via notre imagination !
Tomber dans la banalité d'un RP type sans chercher à en sortir n'a pas d’intérêt !"




avatar
Leader Staff
Leader Staff
Date d'inscription : 13/03/2013
Messages : 5741
Age : 23
Localisation : Catalunya.

Informations InGame
Prénom_Nom: Ethan_Kaulins
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Mar 28 Oct 2014, 02:27
La. Le dernier chapitre, te met en haleine, te fais genre bien badder, puis le motel. Joli. Joli.
avatar
Administrateur
Administrateur
Date d'inscription : 29/10/2012
Messages : 5848

Informations InGame
Prénom_Nom: Colin_Mercer
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Lun 03 Nov 2014, 01:47

Quatrième, cinquième et sixième chapitres postés, deux musiques ajoutées :
"Le retour à zéro", "La lueur d'un espoir, dans des yeux verts" et "Différence".






"Un RP se veut d’être unique via notre imagination !
Tomber dans la banalité d'un RP type sans chercher à en sortir n'a pas d’intérêt !"




avatar
Leader Staff
Leader Staff
Date d'inscription : 13/03/2013
Messages : 5741
Age : 23
Localisation : Catalunya.

Informations InGame
Prénom_Nom: Ethan_Kaulins
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Lun 03 Nov 2014, 10:20
Bah! J'me sens important là. Jolis récits. Continue.
avatar
Membre 3
Membre 3
Date d'inscription : 15/01/2014
Messages : 1393
Localisation : Tweek

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Lun 03 Nov 2014, 17:29
Ouais, j'valide ;).
avatar
Administrateur
Administrateur
Date d'inscription : 29/10/2012
Messages : 5848

Informations InGame
Prénom_Nom: Colin_Mercer
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Jeu 06 Nov 2014, 10:59

Petites modification dans le troisième chapitre à propos de la mutation d'Harold.






"Un RP se veut d’être unique via notre imagination !
Tomber dans la banalité d'un RP type sans chercher à en sortir n'a pas d’intérêt !"




avatar
Membre 3
Membre 3
Date d'inscription : 21/07/2013
Messages : 1387
Age : 20
Localisation : West Indies

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Sam 08 Nov 2014, 18:15
Superbe!
avatar
Membre 3
Membre 3
Date d'inscription : 15/01/2014
Messages : 1393
Localisation : Tweek

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Sam 08 Nov 2014, 19:55
Bien envie de voir la suite!
avatar
Administrateur
Administrateur
Date d'inscription : 29/10/2012
Messages : 5848

Informations InGame
Prénom_Nom: Colin_Mercer
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Lun 10 Nov 2014, 02:09

Septiéme chapitre posté : "Dillimore, intense attractivité".


Merci pour les commentaires :)
Ça fait plaiz'.



"Un RP se veut d’être unique via notre imagination !
Tomber dans la banalité d'un RP type sans chercher à en sortir n'a pas d’intérêt !"




avatar
Membre 3
Membre 3
Date d'inscription : 21/07/2013
Messages : 1387
Age : 20
Localisation : West Indies

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Sam 15 Nov 2014, 11:09
A quand la suite??!
avatar
Administrateur
Administrateur
Date d'inscription : 29/10/2012
Messages : 5848

Informations InGame
Prénom_Nom: Colin_Mercer
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Mar 18 Nov 2014, 02:05

Nouveau chapitre : "L'heure peut parfois cacher des nouvelles" avec la musique qui va avec bien-sur.
Si vous avez lue tout le début, vous comprendrez, qu'Harold a retrouvé quelque chose.



Merci pour vos p'tit commentaires !
Désolé d'avoir mit une semaine à pondre la suite.
Vous devriez normalement être à peut prêt synchrone avec la musique.




"Un RP se veut d’être unique via notre imagination !
Tomber dans la banalité d'un RP type sans chercher à en sortir n'a pas d’intérêt !"




avatar
Membre 3
Membre 3
Date d'inscription : 21/07/2013
Messages : 1387
Age : 20
Localisation : West Indies

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Mar 18 Nov 2014, 19:31
Sympa! ;)
avatar
Membre 5
Membre 5
Date d'inscription : 27/06/2013
Messages : 4194
Age : 55
Localisation : Juste à côté.

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

le Mar 18 Nov 2014, 20:35
Sympa à lire, alors le bot helico c'est Sherman ? XD
Bonne chance pour la suite.


"C'est quand un moustique se pose sur nos testicules qu'on comprend que la violence ne résout pas tout "
Bendo na bendo:
Contenu sponsorisé

Re: Harold Osborne - Quand la police devient impassible.

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum