Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Date d'inscription : 03/03/2014
Messages : 52

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Daniel Miller || Better call Saul !

le Sam 12 Avr 2014, 13:09


Daniel Miller : le sauveur parmi les damnés.





Caractéristiques physiques : 1m70, montre en or au poignet, yeux bleus, cheveux châtains foncés coiffés vers l'arrière, lunettes de vue Diesel(hypermétropie), constamment en costume. Il aborde une posture droite mais décontractée.

Caractéristiques morales :
Déterminé, cupide, travailleur, très intelligent, malin, accro à la drogue, très calme.

Origine :
Sacramento, CA.

Age :
32 ans.


Introduction:
Mon nom est Daniel "Little Dan" Miller. Ceci est mon journal intime, et malgré la coutume de ce pays à réserver ces derniers aux petites filles j'ai décidé d'en faire un "my way".
Je suis né à Sacramento, en Californie, le 13 janvier 1982. Mes parents, Jade Miller et Wyatt Miller, étaient propriétaires d'une entreprise dans l'immobilier. Mon frère John et moi étions beaucoup trop gâtés pendant notre enfance, nous vivions dans un quartier très riche : presque pas de criminalité, tout le monde plein aux as. La belle vie, quoi. Après avoir eu mon diplôme à la fin de la High School, j'ai intégré Harvard très facilement, ayant de très bonnes notes et des parents qui pouvaient me payer cette école. Je décidai d'y étudier le droit.

La découverte d'une passion:
Le droit, c'est ma passion. Avec l'argent, bien entendu, mais ceci n'est pas une passion : c'est une nécessité. J'ai découvert mon attirance pour le droit quand j'ai assisté à un procès qui visait un adolescent du ghetto ayant racketté la mauvaise personne. Depuis ce procès, je ne cessais de m'imaginer en train de défendre des personnes comme ce gosse du quartier, gagnant les procès un par un et amassant une fortune considérable. Je me suis donc mis à me renseigner sur les bases du droit, avec les textes de loi, le déroulement des procès, etc... Tout ceci m'intéressait énormément, à tel point qu'en rentrant à Harvard mes notes étaient excellentes, en dépit du fait que j'étais défoncé dans la majorité des cours. Il me suffisait d'être sobre pendant les examens et je pouvais remplir les copies sans même devoir réfléchir, tout me revenait à l'esprit immédiatement. C'est de là aussi que me vint l'addiction à la cocaïne et aux drogues douces, telles que le cannabis. Mes parents m'envoyant de l'argent continuellement, je n'avais qu'à aller voir les dealers russes pour qu'ils me fournissent en coke et en beuh. C'était le bon temps, tout ça.

Désaccord:
En rentrant à la maison, diplôme en poche, j'appris que mes parents savaient depuis peu pour mon usage intensif de substances illicites. Une dispute s'ensuivit, à la suite de laquelle ni mon frère John ni mes parents ne voulaient m'adresser la parole : je n'étais plus rien pour eux à part une perte d'argent continuel depuis ma naissance. Ils se fichaient de mon intelligence, de mon diplôme, de tout ce que j'avais accompli : la drogue m'avait "attiré vers les enfers", selon mon père (qui est d'ailleurs très catholique). Ils me jetèrent à la porte et me renièrent, rayant mon nom de tous leurs documents légaux. Je n'existais plus à leurs yeux. Je dus donc m'installer dans un quartier beaucoup moins riche pour pouvoir subsister à mes besoins, malgré mes origines riches. En rentrant dans mon nouvel appartement, j'ai cru que celui-ci était un taudis : le mode de vie du ghetto était bien pire que je ne l'imaginais.

Début de carrière:
Je fus embauché dans un petit cabinet d'avocat à quelques kilomètres de chez moi. Les premiers mois furent difficiles, mais supportables. J'avais préparé un sacré stock de coke dans ma penderie, pour une utilisation régulière sans payer. J'enchainais les petits procès, en gagnant beaucoup à la suite. Malgré mon amour pour le droit, cette vie était ennuyeuse ; métro-boulot-dodo comme les français disent. La monotonie se faisait sentir au plus profond de mon corps, ainsi commençait la dépression. Des journées longues, tristes, grises, moroses. La seule énergie qui me restait était celle de la coke.

Une rencontre inattendue:
Un jour, un homme très bien habillé mais difficilement reconnaissable entra dans le cabinet, demandant à me voir dans une pièce isolée. Il est vrai que cette personne avait l'air louche, mais j'acceptai quand même, le guidant dans une pièce à l'arrière du bâtiment. Cet homme dévoila son visage pour me montrer une origine italienne, des cheveux en arrière comme les miens mais très courts, et enleva ses gants pour montrer une cicatrice profonde sur le dos de sa main droite. Il avait visiblement le même âge que moi, peut-être un petit peu plus. Il se présenta ; Marco Sinatra, membre de la "well-known" famille Sinatra en Sicile. Ses contacts américains avaient entendu parler de moi grâce à mon taux de succès au Tribunal. Je l'écoutais patiemment, montrant de l'intérêt à ce qu'il disait. Il me demanda mon salaire, à quoi je répondis "45 000 dollars par an". Il me promit 150 000 dollars par an si je travaillais pour sa famille en Sicile. J'acceptai de suite cette opportunité de renouveau et de richesse, pouvant me sortir de ma dépression profonde. Le lendemain, mes affaires étaient empaquetés, ainsi que mon stock de poudre.

Un voyage plein de promesses:
Le trajet en bateau fut long mais instructif. Marco me précisa les conditions de travail : sa famille était tout ce qu'il y avait d'illégal. Meurtre, trafic de drogues, d'humains, de médicaments, rackets, trafic d'armes, torture, tout ce qu'il y avait de plus beau. Ceci ne me faisait pas peur, j'avais défendu beaucoup de meurtriers au tribunal. Il me fit promettre de ne jamais rien dévoiler à la police ou aux ennemis : le serment de "l'Omerta" qu'il disait. Le secret professionnel m'empêchait de toute façon d'avouer ce que je savais. L'argent coulerait à flot si je faisais ce qu'ils me demandaient, c'est à dire de me tremper dans l'illégalité jusqu'au cou. Après quelques semaines de bateau, nous arrivâmes en Sicile.

Un travail plus qu'illégal:
La famille Sinatra était très influente en Sicile; personnes ne levaient le petit doigt dans leur territoire sans avoir leur autorisation. A mon arrivée, Marco me présenta à la "familia" : son père (le parrain), sa mère Tracy, sa soeur Elena. Il me montra la chambre dans laquelle j'allais vivre et me dit d'aller voir son père pour connaitre le travail à exécuter en premier. Je m'installai dans ma chambre, et vint chercher mon travail. Le père de Marco me donna des instructions claires : aller voir ce qui se passait au commissariat et intimider les officiers du coin qui n'étaient pas soudoyés par la famille. L'intercation se déroula sans trop de problèmes, avec des menaces de procès venant des deux côtés. L'employé des Sinatra qui était dans les ennuis étant enfin libéré, il m'expliqua pourquoi il avait été arrêté. La Cosa Nostra lui avait tendu une embuscade à quatre contre un dans une ruelle, tentant de le battre à mort. Aussi impressionant que cela puisse paraître, il avait réussi à tuer les quatre d'entre eux à mains nues, se faisant arrêter par la suite par des agents soudoyés eux par la Cosa Nostra. Je fus ensuite chargé d'assurer sa défense pendant le procès qui s'ensuivit, gagnant facilement en plaidant la légitime défense, et en accusant les attaquants d'assaut prémédité. Les mois passèrent, l'argent s'amassait et les procès étaient gagnés les uns après les autres grâce à mon talent naturel, malgré les chefs d'accusation très graves.

Heureuse routine:
Cela faisait maintenant plus de 8 ans que je travaillais pour les Sinatra. Mon aide était très précieuse pour leurs affaires, car beaucoup de personnes leur imputaient des procès : Cosa Nostra, gouvernement, etc ... J'avais amassé un sacré pactole, plus d'un million dans mon compte en banque. Tout allait pour le mieux, j'étais heureux et riche, travaillant en tant qu'avocat principal pour une des familles les plus influentes d'Italie. Bref, j'avais tout ce que je voulais.
De nombreuses soirées étaient organisées par les Sinatra, souvent après les gros jobs d'assassinat ou de trafic. Un soir, Marco décidé d'amener tous les membres importants de la mafia dans une grande salle pour célébrer un énorme deal avec une mafia venant de Russie. Tout le monde était présent à la table, le parrain commença son discours...

Trahison:
Des dizaines d'agent gouvernementaux en tenue de guerre firent irruption dans la pièce. Tout le monde tenta de s'échapper, mais seuls Marco et Elena réussirent à trouver une sortie sans se faire attraper. Je me fis menotter et balancer à terre tout comme le parrain et Tracy, et comme les autres membres importants de la famille. Des coups de feu se firent entendre, et une voix familière se fit entendre : celle d'un capo de la Cosa Nostra.

"Vous avez été réunis ici par un traître, mes amis ! Votre fils Marco vous a vendu, vous et le reste de votre famille !"

Il s'approcha du parrain, lui crachant au visage et me regardant en souriant :

"Et même ton petit avocat de merde n'arrivera pas à te sortir, cette fois !"

Espoir:
Salope de traître. Je suis sûr qu'Elena n'était pour rien dans cette histoire, elle a sûrement suivi Marco vers le bateau le plus proche et a filé vers les Etats-Unis avec lui. J'ai été jeté dans une prison haute sécurité, avec tous les autres. Après avoir insisté de nombreuses fois, ils acceptèrent de me libérer par manque de preuves contre moi, et je me mis directement au travail pour sortir la famille de ce merdier. Il me fallut trois mois pour les libérer, Marco n'ayant pas donné assez de preuves tangibles au gouvernement, et pour inculper en retour le capo de la Cosa Nostra. Mes compétences en tant qu'avocat ne faisaient que se confirmer, réussissant à sortir une famille mafieuse de prison après s'être fait inculper pour tous les chefs d'accusation possible. Le parrain me libéra de ma place d'avocat principal avec le seul but qu'était de retrouver et de tuer Marco. Il me donna un billet d'avion pour Los Angeles, où il s'était réfugié selon des sources sûres.

To be continued ...



Dernière édition par Daniel Miller le Sam 12 Avr 2014, 18:50, édité 1 fois
avatar
Membre 4
Membre 4
Date d'inscription : 18/11/2012
Messages : 3597
Age : 20
Localisation : Verizon Center

Informations InGame
Prénom_Nom:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Daniel Miller || Better call Saul !

le Sam 12 Avr 2014, 13:41
C'est très proprement écrit. J'ai survolé rapidement l'histoire et ça m'a plu, je lirais ça plus en détail plus tard. En tout cas, bravo pour avoir eu le courage de tout rédiger d'un coup !


Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum